Interview exclusive du Responsable de Clenzics Edem YIGAN : « L’Afrique est à la traîne en technologies …Nous devons relever les défis notamment pour la Data Literacy »

Que doit-on comprendre par la Data Literacy ou la culture de la donnée ? Quelle en est l’utilité ? Où en est- on en Afrique et particulièrement au Togo? Voilà autant de questions qui ont retenues notre attention dans cette interview que le responsable de Clenzics : Edem YIGAN a accordé à la Rédaction de Referencetv.tg.

Société de conseil en technologies digitales ayant  des bureaux à Abidjan et à Paris, Clenzics a organisé   une conférence à Onomo Hôtel à Lomé en fin du mois octobre.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    La particularité de la  société  Clenzics est qu’elle  travaille  sur des projets de prototypage rapide autour des données : depuis la production jusqu’aux modèles d’intelligence artificielle en passant par le stockage et la distribution.

Pour Edem YIGAN :’’ Malheureusement, comme souvent sur ces sujets technologiques, nous sommes à la traîne tant en terme de production de données que de moyens techniques. Le continent produit à peine 1% des données mondiales.’’

Mais le jeune expert et spécialiste de la Data Literacy ajoute : ‘’Malgré tout, de belles initiatives sont déjà prises dans de nombreux pays …’’

Nous vous proposons de lire l’interview en intégralité .

 

Referencetv.tg : Qu’est-ce que la Data Literacy ou la culture de la donnée?

  1. YIGAN : Il s’agit tout simplement de l’aptitude à travailler avec les données : les identifier, les collecter, les stocker et les analyser.

Qu’elles soient structurées ou non, sous forme de texte, de vidéo ou d’audio, ces données ont une grande valeur que nous devons être en mesure d’extraire au 21e siècle.

 

Referencetv.tg : Quelle est l’utilité de la maîtrise de la Data Literacy ?

  1. YIGAN : Rien de ce que nous faisons aujourd’hui ne se fait sans donnée : nos appels téléphoniques, notre santé, notre production agricole, nos crédits bancaires, la météo, l’érosion des côtes togolaises, tous ces sujets produisent des données que nous devons être en mesure de capturer stocker et analyser. D’abord pour une meilleure compréhension des phénomènes et processus.

Mais aussi parce que la donnée est au coeur de la transformation digitale dont on parle tant. La data literacy offre des perspectives d’emploi pour les jeunes et moins jeunes, une plus grande compétitivité pour les entreprises, une efficacité accrue pour toute organisation publique ou privée.

Il est aujourd’hui important d’inclure cette culture dans la formation de notre jeunesse parce que cela lui ouvrirait de belles perspectives d’emploi : des développeurs, des ingénieurs cloud, des data engineer, data scientist, mais aussi des juristes, économistes ou psychologues, tous spécialistes de la donnée.

Imaginez une application qui permet via un chatbot de commander son « Ayimolou» via WhatsApp pour midi.  Ou encore une qui affiche directement les paroles des tubes de Bella Bellow.

Ou une autre qui envoie les besoins de consommation de produits agricoles aux coopératives agricoles par SMS. Les perspectives sont nombreuses.

 

Referencetv.tg : Où en est – on en Afrique et particulièrement au Togo?

  1. YIGAN : Malheureusement, comme souvent sur ces sujets technologiques, nous sommes à la traîne tant en terme de production de données que de moyens techniques. Le continent produit à peine 1% des données mondiales.

Malgré tout, de belles initiatives sont déjà prises dans de nombreux pays, des journalistes Ghanéens se sont ainsi formés récemment au data-journalisme, Google vient d’ouvrir son centre d’IA à Accra. Andela la startup nigériane créée en 2014 forme des centaines de développeurs et a levé en début d’année 100 millions de dollars.

Reste maintenant à répliquer ce genre de succès au Togo. Il faut obligatoirement relever les défis de la data literacy. Nous y croyons.

 

 

Referencetv.tg : Vous aviez organisé une conférence à Onomo Hôtel à Lomé en fin du mois octobre. Qu’est ce qui a motivé une telle rencontre ?

Que faut-il retenir pour l’essentiel de la rencontre ?

  1. YIGAN : Notre objectif principal est de faire découvrir aux jeunes et au monde professionnel togolais l’importance de la data literacy.

Nous avons en exemple des mastodontes américains et chinois qui tirent profit de téraoctets de données : Amazon, Facebook, Google, Alibaba, Tencent, etc .

Ces données procurent de plus en plus de pouvoir mais comportent aussi des biais qui sont renforcés par les algorithmes d’intelligence artificielle. Les algorithmes de reconnaissance faciale et de détection de cancer de la peau, par exemple, marchent mal sur les peaux foncées. Cela exclut une grande partie du continent, mais offre aussi des opportunités de business.

Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook a dit un jour : « Un écureuil en train de mourir dans votre jardin peut être plus pertinent pour vos intérêts à cet instant précis que des gens en train de mourir en Afrique.» Cela est peut-être choquant pour certains mais ses propos sont vrais : la pertinence et le contexte des données et des informations sont importants.

Il faut donc que le continent produise plus de données qui lui ressemblent. Et qu’il arrive à traiter ces données pour en tirer la substantifique moëlle.

Avec des moyens techniques et des compétences que nous avons voulu partager avec le public loméen.

 

Referencetv.tg : Présentez nous votre structure : CLENZICS ?

  1. YIGAN : Nous sommes une société de conseil en technologies digitales avec des bureaux à Abidjan et à Paris. Notre particularité est que nous travaillons sur des projets de prototypage rapide autour des données : depuis la production jusqu’aux modèles d’intelligence artificielle en passant par le stockage, et la distribution, nous aidons nos clients à valoriser leurs données sur des projets à cycle court terme afin de produire des résultats rapidement.

Nous aimons également travailler en réseau d’experts, ce qui nous permet une interdisciplinarité dans la réalisation de nos projets qui touchent plusieurs secteurs d’activités : banque, assurance, énergie, marketing, agriculture, négoce… Nous n’avons pas de verticale de marché privilégiée.

 

Referencetv.tg : Merci Monsieur YIGAN.

  1. YIGAN : Merci à vous aussi.

 

                    Propos recueillis par Emmanuel Vivien TOMI et

la Rédaction de Referencetv.tg

Fait divers : Il est mort dans un bar, une bouteille de bière en main

 

Les hommes savent qu’ils vont tous mourir un jour mais quand, où, comment et de quoi ? Difficile à savoir mais il y a ici bas des dôles de façons de mourir. C’est sans doute le cas de cet homme d’environ la soixantaine décédé tout récemment dans un bar d’un quartier banlieusard de Lomé, la capitale Togolaise.

Koffi G., un homme de presque 60 ans a bel et bien garé sa voiture lui-même, il s’est installé à table dans un coin du bar dont nous taisons le nom avant de commander une bière fraiche. Il a été servi et a refusé d’utiliser un verre, explique le gérant du bar.

Le gérant ajoute : ‘’ La jeune fille qui l’avait servi a ramené le verre et l’homme était resté seul jusqu’aux alentours de minuit. En principe, nous fermons à 23h mais comme il y avait un client, nous avions traîné un peu jusqu’à  l’heure où, n’en pouvant plus, nous avions décidé de ramasser les chaises et les tables en prenant soin de ne pas le déranger. Mais l’homme était bizarre et j’ai envoyé la jeune fille prendre l’argent et informer le monsieur que nous allions fermer…’’

La suite, tout le monde peut l’imaginer. L’homme a été trouvé mort avec la bouteille de bière en main. Les sapeurs pompiers appelés au secours n’avaient plus rien à faire et la police entama une enquête rapide. Un médecin sollicité pour l’examen va conclure plus tard que l’homme était mort d’une mort naturelle.

Terrible nouvelle pour la famille, cette nuit. Le père, le mari, l’oncle était mort dans un bar, une bouteille de bière à la main.

Vivien

Referencetv.tg et Plume Libre

www.referencetv.tg

 

Fait divers : Un homme a frôlé la mort pour avoir rendu visite à une femme d’autrui

Les hommes qui prennent des risques en se rendant chez des femmes dont ils ne connaissent pas réellement le statut doivent faire très attention. Un homme a failli subir la vindicte populaire pour avoir rendu visite à une femme d’autrui, tout récemment dans un quartier banlieusard de Lomé, la capitale Togolaise.

Kossi A. , un jeune homme d’une trentaine d’années environ à failli périr sous la colère d’une foule sadique pour avoir rendu visite à Sika Josephine A., une jeune dame de moins de la trentaine.

Le jeune homme a été surpris par son rival au moment où il tentait d’embrasser à la devanture son hôte Sika Josephine. Sans hésiter, « le mari « de Sika a crié « oh voleur ! ». Mais il y a certains  quartiers dans les villes africaines oû quand on lance cette alerte ,des jeunes se lancent à la poursuite du présumé « malfrat  »

Kossi a fait de son mieux avec sa moto pour fuir la foule en colère. Heureusement pour lui que dame Sika est arrivée à temps au lieu de chute pour expliquer à la foule que Kossi n’était pas un voleur.

Le rival très remonté explique finalement les faits : »c’est ma femme. C’est Moi qui ai loué l’appartement et ce Monsieur vient pour me cocufier. C’est un voleur de femme. Voilà pourquoi j’ai crié Oh voleur.  »

La foule s’explose de rire et des conseils sont donnés au ‘’voleur de femme d’autrui’’.  Alors, avis aux candidats.

Vivien

Référence TV et Plume Libre

www.referencetv.tg

Suivez aussi notre chaîne: referencetv.tg (youtube)

Togo / Interview exclusive du Président du parti ADDI Pr Aimé GOGUE : « Pour la Présidentielle de 2020 : il faut un cadre électoral plus correct et les démocrates doivent lutter pour que les véritables résultats des urnes soient connus »

 

       « Il y a actuellement le processus de candidature unique de l’opposition qui est en cours. Si cela n’aboutit pas, il reviendra aux instances compétentes du parti ADDI de décider. La probabilité que je sois candidat n’est pas nulle», c’est en substance la réponse du Professeur Aimé GOGUE à la question suivante : Serez-vous candidat à la présidentielle de 2020 ?

Dans une interview exclusive accordée à la Rédaction de Referencetv et de Plume Libre, le Président National de l’Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral : ADDI, le Professeur Aimé T. GOGUE se prononce sur l’actualité nationale notamment la présidentielle de 2020.

Monsieur GOGUE déclare entre autres : « Pour ADDI il faut mettre l’accent sur la mise en place d’un cadre électoral plus correct. Ce sera difficile ; mais il faut essayer. Il est possible qu’au cours du processus, l’opposition puisse retrouver une certaine cohésion. Si non, les partisans de la démocratie doivent être prêts à la lutte pour que les véritables résultats des urnes soient connus ».

Nous vous proposons de lire cette interview en intégralité. 

 

Referencetv : Monsieur le Président, comment se porte votre parti politique ?

 

Pr GOGUE : Bonjour Vivien et bonjour à toute l’équipe de Reference TV et de Plume Libre. Merci pour cette interview et félicitations pour tout ce que vous faites.

Le Parti ADDI se porte relativement bien après le choc des élections municipales, le travail de terrain reprend peu à peu.

 

Referencetv : Quel bilan faites vous des élections passées notamment les législatives et les Municipales ?

 

Pr GOGUE : Ces élections font partie des expériences que tout parti et ADDI notamment, souhaiterait oublier. Nous assumons la décision que nous avions prise ensemble de ne pas participer aux élections législatives de décembre 2018. Permettez-moi de ne pas la justifier. Mais les conséquences sont désastreuses non seulement pour les partis de la C14, d’alors, que pour la population togolaise que surtout pour la démocratie au pays.

En ce qui concerne les élections municipales, je ne regrette pas la décision que nous avions prise de participer à ces consultations. A mon niveau en particulier j’ai tiré des leçons très amères mais malheureusement très élémentaires : que ce soit au niveau des « militants » que des partis politiques de l’opposition, les préoccupations individuelles dominent beaucoup d’actions dans cette vie; ensuite, UNIR est prête à tout pour le pouvoir : c’est inimaginable. C’est tout cela mis ensemble qui expliquerait ces fraudes incroyables de UNIR et ces résultats catastrophiques attribués à l’ensemble des partis de l’opposition. Nous devons en tirer des leçons pour les futures consultations électorales.

 

Referencetv : Est ce qu’on peut dire que la démocratie Togolaise avance ou au contraire, elle recule ?

 

Pr GOGUE : Sans hésitation je dirai qu’il y a eu un net recul de la démocratie. Des exemples de ces derniers mois : des listes invalidées par la Chambre administrative de la Cour suprême qui se retrouve validées par quelle instance (?), fraudes de toute nature; relecture liberticide de la loi qui encadre les manifestations ; etc.

 

Referencetv : Que pensez-vous de la présidentielle de 2020 ?

 

Pr GOGUE : Pour ADDI il faut mettre l’accent sur la mise en place d’un cadre électoral plus correct. Ce sera difficile ; mais il faut essayer. Il est possible qu’au cours du processus, l’opposition puisse retrouver une certaine cohésion. Si non, les partisans de la démocratie doivent être prêts à la lutte pour que les véritables résultats des urnes soient connus.

 

Referencetv : Serez-vous candidat à la présidentielle de 2020 ?

 

Pr GOGUE : Il y a actuellement le processus de candidature unique qui est en cours.

Si cela n’aboutit pas, il reviendra aux instances compétentes du parti ADDI de décider. La probabilité que je sois candidat n’est pas nulle.

 

Referencetv : Les deux tours de la présidentielle au Togo: une chance ou un risque ?

 

Pr GOGUE : Les deux à la fois. C’est une opportunité. Nous devons la saisir en définissant la stratégie appropriée. Mais nous devons à tout prix penser que le mode de scrutin à  deux tours facilite la victoire de l’opposition. Des divisions et des discours acerbes entre les candidats de l’opposition au premier tour, pourront laisser des rancœurs qui ne faciliteront pas les transferts de voix en cas de deuxième tour. Il est donc indispensable que la sérénité revienne dans le camp de l’opposition.

 

Referencetv : Quelles sont vos relations aujourd’hui avec les autres leaders de l’opposition et les acteurs politique de la mouvance présidentielle ?

 

Pr GOGUE : Il est difficile de répondre à cette question.

Plus que dans le cas des relations humaines, nous sommes en politique : il y a certainement des gens qui m’adorent, d’autres me haïssent que ce soit de l’opposition ou de UNIR. Certains ont peut-être comme slogan TSG (Tout Sauf GOGUÉ). Mais ceci montre que je suis simplement un être humain.

Avançons seulement.

 

Referencetv : Y’ aura t il alternance en 2020 selon vous ?

 

Pr GOGUE : J’y crois

 

Referencetv : Que pensez-vous de la question de candidature unique de l’opposition en 2020 ?

 

Pr GOGUE : Vous connaissez certainement la position de ADDI sur la candidature unique: la candidature n’est une condition ni nécessaire ni insuffisante pour gagner les élections. Mais  dans l’un ou l’autre cas il est indispensable que l’ensemble des acteurs de l’opposition reconnaissent n’avoir qu’un seul adversaire : le candidat de UNIR.

J’avais soutenu qu’il n’y avait aucune expérience de candidature unique. Après vérification j’ai constaté qu’il y a eu l’exemple des partis politiques d’opposition de la Serbie contre Milosovic. Mais généralement obtenir un candidat unique est  une épreuve très difficile. C’est pourquoi je dis que l’avoir serait une cerise sur le gâteau.

En dépit de ces difficultés  ADDI avait accepté participer au processus de désignation d’un candidat unique de l’opposition pour 2020. Je crois d’ailleurs être le seul leader à avoir pris l’engagement écrit de respecter le choix qui ne porterait pas sur une personnalité de ADDI. Mais pour ADDI il faut que le processus soit inclusif et transparent. Inclusif en ce sens qu’il devrait donner confiance à tout candidat potentiel d’y participer; transparent suivant les critères prédéfinis de manière  consensuelle

Pour ADDI si ces conditions ne sont pas remplies il va de soit que le processus n’aboutira pas au choix d’un candidat « consensuel » mais plutôt à la désignation d’un candidat de « copains »; et ceci vous comprenez que ce serait difficile pour moi de recommander à mon parti de s’associer à un tel exercice.

Il faut surtout que nous fassions rêver la population que la candidature unique est la seule condition pour l’alternance. Nous devons faire comprendre à la population l’existence d’un plan B au cas où nous n’arrivons pas à avoir un candidat unique consensuel. Ne pas le faire, sera la meilleure façon d’augmenter le taux d’abstention, ce qui n’est pas favorable à l’opposition.

 

Referencetv : Votre message à la diaspora Togolaise ?

 

Pr GOGUE : Nous comptons beaucoup sur la diaspora pour l’alternance dans le pays. Mais à cet effet il faut qu’elle aide à construire et à consolider l’union de l’opposition. Vouloir vanter les mérites d’un leader de l’opposition par rapport à un autre, déployer des efforts pour discréditer tel ou tel leader de l’opposition sont des manœuvres à bannir car affaiblissement toute l’opposition. J’espère que certains d’entre-eux oublieront cette ridicule histoire des 30 millions pour continuer à soutenir notamment financièrement leur leader favori.

 

Referencetv : Votre message à vos concitoyens qui sont au pays, surtout à la jeunesse ?

 

Pr GOGUE : J’avais déjà mis sur les réseaux sociaux des vidéos concernant Malala. Ils peuvent également faire des recherches sur la jeune Suédoise, Greta Thunberg, qui travaille sur le changement climatique. Ces deux jeunes filles n’avaient que 16 ans avant de mener des actions d’ampleur mondiale. Ces deux adolescentes n’ont pas attendu des orientations de qui que ce soit avant d’agir.

Je souhaite ardemment que les jeunes de savoir que la lutte pour la démocratie est aussi et surtout la leur. Ils ne doivent pas se contenter de dire qu’il faut faire la place aux jeunes. Ils doivent plutôt prendre toute la place prépondérante qui leur revient.

 

Referencetv : Mot de fin de cet entretien

 

Pr GOGUE : Contrairement à ce que des compatriotes disent, rien n’est perdu pour l’alternance en 2020. Cherchons ce qui nous rassemble plutôt que ce qui nous divise. Il est certain que nous les leader de l’opposition ne sommes pas parfaits car nous sommes des êtres humains. Donc nous ne sommes pas à l’abri de critiques négatives voir des insultes. Ces critiques nous permettent de nous améliorer. Mais de grâce : lorsque des militants de la démocratie passent 10 minutes à nous critiquer ou à nous insulter, je souhaiterais qu’ils passent 50 minutes à apprécier se que fait nos adversaires de UNIR et à nous proposer des stratégies pour que l’opposition gagne.

Du courage et bonne chance à tous.

 

Referencetv : Merci Monsieur le Président.

 

Propos recueillis par Emmanuel Vivien TOMI et la Rédaction

de Plume Libre et Référence TV

www.referencetv.tg

 

Santé / Séminaire Atelier d’AO Alliance à Notsè : Des médecins outillés sur le principe du traitement non – opératoire des fractures

La salle de conférence de l’hôtel Le Berceau de Notsè au Togo a servi de cadre du 18 au 20 septembre 2019 au troisième du cours de l’Association d’Ostéosynthèse : AO Alliance. Plus d’une cinquantaine de médecins et de membres des services de santé  du Togo en l’occurrence de la Région Maritime  ont pris part à cette formation.

« Principes du traitement non – opératoire des fractures » , tel est le thème de cet troisième atelier qui intervient après celui de la Région des Plateaux en avril 2017 et le second dans la Région de la Kara en avril 2018 .

Cette permet de donner aux médecins et autres membres des services de santé des principes de base pour le traitement non chirurgical des fractures les plus communes ainsi que les moyens de reconnaître parmi ces dernières celles qui nécessitent un traitement chirurgical et de les transférer dans les meilleures conditions.

Enseignements oraux, exercices pratiques ,ateliers de discussion, ces cours ont donné l’occasion aux formateurs et participants d’aborder divers sujets dont : la consolidation osseuse, la classification des fractures, le traitement des fractures diaphysaires et des fractures articulaires de même que la pratique de soins.

Dans une interview accordée à la presse à la fin de la formation, les responsables de la structure et de l’enseignement et les participants ont fait part de leur satisfaction. C’est le cas du Professeur Grégoire Anani ABALO du Togo, Responsable national de l’Enseignement AO Alliance, du Professeur Abdoul TOURE du Tchad , Responsable Régional de l’Enseignement et du Professeur Maurice KOUME de la Côte d’Ivoire, Enseignant International Africain . Cet avis de satisfaction est aussi partagé par les enseignants nationaux comme Dr Gamal AYOUBA et les participants.

Les médecins et autres membres des services de santé ont été outillés sur le principe du traitement non – opératoire des fractures  au cours de ce troisième cours de l’AO Alliance. Ils peuvent donc décrire et classer les fractures les plus fréquentes , décrire les principe de base du traitement de ces fractures, mettre en places et utiliser les techniques non chirurgicale de traitement de ces fractures (lorsqu’elles sont applicables) .  Les participants à la formation de Notsè ont appris à prévoir et prévenir les possibles erreurs et complications de ces fractures et de leur traitement. Ils peuvent aussi identifier les fractures qui bénéficieraient d’un traitement chirurgical, planifier les soins des patients traités par orthopédie et mettre en place des procédures pour maintenir un haut niveau de qualité des soins.

A la fin de la formation de Notsè, les participants ont reçu des attestations des mains des Responsables d’AO Alliance et des Enseignants.

Emmanuel Vivien TOMI

Reportage à Notsè

Referencetv.tg et Plume Libre

Interview exclusive du Président de NO.VI. Dr Kodjovi Aubin THON : « Je suis candidat à la Présidentielle de 2020 pour favoriser le développement, soulager la diaspora et promouvoir la jeunesse »

Les togolais doivent se rendre aux urnes dans quelques mois pour désigner leur nouveau Président de la République. L’un des candidats déclarés à ce scrutin est le Président du mouvement Nouvelle Vision (NOVI) Dr Kodjovi Aubin THON. L’homme qui dit se départir des deux camps politiques à savoir la mouvance présidentielle et l’opposition, propose une nouvelle alternative à ses concitoyens.

Dans une interview accordée à la Rédaction  de Référenctv.tg et de Plume libre, le Président de NOVI Dr THON a expliqué les raisons qui ont motivé sa décision de participer au scrutin présidentiel de 2020.

Le candidat THON a répondu à plusieurs questions relatives notamment à son projet de société, ses relations avec la classe politique togolaise (Pouvoir comme Opposition) ,ses propositions à la diaspora, à la jeunesse togolaise et sa vision de la politique. La question des deux tours au scrutin présidentiel 2020 et le sujet de la candidature unique de l’opposition, ont été également abordée au cours de l’entretien que nous vous proposons de lire en intégralité.

 

Referencetv : Dr Kodjovi Aubin Thon, vous êtes le président national du mouvement « Nouvelle Vision ». Est-ce que vous pouvez vous présenter encore plus au public ?

Dr THON : Merci. De nationalité Togolaise, je suis Kodjovi Aubin THON, Président du mouvement Nouvelle Vision en abrégé NOVI. Je suis candidat à la présidentielle de 2020. Je suis né le 1er mars 1976.

 

Referencetv : Justement, vous nous revenez de la diaspora , vous étiez aux Etats Unis d’Amérique. Alors, vous le confirmer, vous serez candidat à la Présidentielle de 2020 au Togo ?

Dr THON : Bien sûr. Je suis le Président de Nouvelle Vision et je suis candidat aux élections  présidentielles de 2020 dans notre cher pays, le Togo. Comme vous le savez j’ai vécu aux Etats Unis pendant 18 ans. J’ai donc pris la décision de retourner dans mon pays pour mettre ma compétence et mon leadership au  service du Peuple Togolais.

 

Referencetv : Que proposez-vous d’autres à vos concitoyens togolais ?

Dr THON : Merci pour la question : qu’est ce que je propose d’autre ?Je propose la solution aux citoyens Togolais. La solution à leurs problèmes. La solution à leurs aspirations. Je propose la réelle solution pour le Peuple Togolais.

 

Referencetv : Qu’est-ce qui vous motive pour briguer le fauteuil de la magistrature suprême de votre pays ?

Dr THON : Je rappelle tout d’abord que je ne suis pas un politicien. Je n’ai pas une ambition politicienne. Ma décision d’aller aux élections présidentielles est prise suite à une longue analyse. Vous savez, je suis parti en 2001 aux Etats Unis et trois ans après, j’ai commencé à m’ingérer dans la lutte contre la misère et la  pauvreté en Afrique. J’ai créé une ONG dénommée Charity Interbational. De 2004 à 2009, soit environ cinq après, j’ai commencé à mener des actions sur le territoire Togolais. Charity International est devenue la Fondation Togolaise, l’Institution avec laquelle j’ai posé beaucoup d’actions au Togo de 2009 à 2013 .

En 2013 , j’ai commencé à organiser la diaspora autour de moi et de nos actions envers la Société civile, envers la population. En 2013 pour la première fois au Togo, nous avons organisé la grande semaine de la diaspora, le rendez vous de tous les Togolais d’ici et d’ailleurs. L’objectif est d’amener tous les Togolais à s’intéresser à leurs prochains ;à les aider . La seconde édition a eu lieu en  2014 .Et en cette même année que nous avons décidé que cela devra se tenir chaque deux ans. C’est donc en 2016 qu’il y a eu la troisième édition de cette grande semaine de la diaspora. Vous n’êtes pas sans savoir qu’il faut toujours faire une évaluation de vos actions. C’est donc suite à une longue réflexion. Suite à une analyse des énergies que nous dépensons et de leurs fruit que nous que nous avons compris qu’il faut un programme national. Un programme qui pourra être porté non seulement par une association mais par un Etat. Et l’analyse de la situation Togolaise nous révèle l’existence de deux blocs politiques. L’un des blocs est dans une dynamique de maintien du pouvoir et l’autres a la soif de l’alternance. L’existence des deux pôles n’est pas le problème mais les relations qui les lient. D’un côté, on prend toutes les dispositions possibles pour laisser le Peuple dans une situation manipulable. Avec un billet de deux mille ou cinq mille francs Cfa on amène aux résultats qu’on veut. De l’autre côté , on veut que le Peuple s’appauvrisse jusqu’à un degré pour que ce peuple se soulève pour  les aider à avoir le pouvoir…

 

Nous reviendrons sur la suite de l’interview.

Rester sur Referencetv.tg pour l’actualité 24H sur 24.

 

Togo / Politique : Interview exclusive du Président du parti Bloc d’Action pour le Changement Thomas NOUSSOUKPOE : « En 2020, nous allons accompagner et battre campagne pour le Candidat choisi par Dieu »

 

    « Pour la présidentielle de 2020, nous pensons que c’est une année électorale spéciale pour les togolaises et togolais. D’où la nécessité pour les acteurs politiques togolais de savoir raison garder en demandant au peuple de faire un bon choix, le choix de Dieu. Celui de choisir le candidat qui s’y connait en matière d’administration de l’État et la diplomatie internationale. »

Cette déclaration est celle du Président National du parti politique Bloc d’Actions pour le Changement Thomas NOUSSOUKPOE.

    Dans une interview accordée à la Rédaction de Plume Libre et de Referencetv.tg , Monsieur NOUSSOUKPOE soutient entre autre : « En 2020, nous allons accompagner et battre campagne pour le Candidat choisi par Dieu ».

Lisez plutôt l’interview.

 

Referencetv : Monsieur le Président, comment se porte votre parti politique ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Notre parti politique le Bloc d’Action pour le Changement BAC se porte bien.

 

Referencetv : Quel bilan faites vous des élections passées notamment les législatives et les Municipales ?

Thomas NOUSSOUKPOE : C’est un bilan mitigé. Nous n’avons pas participé aux élections législatives compte tenu de certaines choses mais pour les élections locales nous avons obtenu un (01) siège dans la Commune 2 de Bas-Mono.

 

Referencetv : Est ce qu’on peut dire que la démocratie Togolaise avance ou au contraire, elle recule ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Nous ne sommes pas en démocratie au Togo. Donc dire qu’elle avance ou qu’elle recule serait une erreur d’appréciation de notre part.

 

Referencetv : Que pensez-vous de la présidentielle de 2020 ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Pour la présidentielle de 2020, nous pensons que c’est une année électorale spéciale pour les togolaises et togolais. D’où la nécessité pour les acteurs politiques togolais de savoir raison garder en demandant au peuple de faire un bon choix, le choix de Dieu. Celui de choisir le candidat qui s’y connait en matière d’administration de l’État et la diplomatie internationale.

 

Referencetv : Serez-vous candidat à la présidentielle de 2020 ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Notre candidature pour 2020 serait d’accompagner et de battre campagne pour l’homme de Dieu c’est à dire le choix de Dieu.

 

Referencetv : Les deux tours de la présidentielle au Togo: une chance ou un risque ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Pour le moment c’est un risque les deux tours de la présidentielle au Togo.

 

Referencetv : Quelles sont vos relations aujourd’hui avec les autres leaders de l’opposition et les acteurs politique de la mouvance présidentielle ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Nous avons de très bonnes relations avec les Leaders de l’opposition. Bref tous les acteurs politiques en place y compris ceux de la mouvance présidentielle.

 

Referencetv : Y’ aura t il alternance en 2020 selon vous ?

Thomas NOUSSOUKPOE : L’alternance est à nos portes en 2020 si et seulement si les acteurs politiques apprennent à persévérer et à garder patience.

 

Referencetv : Que pensez-vous de la question de candidature unique de l’opposition en 2020 ?

Thomas NOUSSOUKPOE : La candidature unique de l’opposition en 2020 est une obligation et non une exigence compte tenu de certains agrégats venant de la souveraineté nationale et populaire.

 

Referencetv : Votre message à la diaspora Togolaise ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Notre message à la diaspora togolaise c’est de descendre au pays le moment venu pour se faire inscrire et voter le choix de Dieu pour le Togo.

 

Referencetv : Votre message à vos concitoyens qui sont au pays, surtout à la jeunesse ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Notre message à nos concitoyens en général et à la jeunesse en particulier c’est de garder espoir pour et faire en sorte que le choix de Dieu pour le Togo passe gagnant au premier tour des élections présidentielles de 2020.

 

Referencetv : Mot de fin de cet entretien ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Notre mot de fin pour cet entretien c’est qu’un nouveau jour arrive à grand pas pour les togolaises et togolais et donc de prier sans cesse pour tous les acteurs politiques y compris ceux du régime sortant.

 

Referencetv : Merci Monsieur le Président.

Thomas NOUSSOUKPOE : Nous vous remercions

Propos recueillis par Emmanuel Vivien TOMI et la Rédaction

de Plume Libre et Référence TV

www.referencetv.tg

Togo/Politique : Interview exclusive du Président des Forces de l’avenir Germain Sossou : « L’Opposition doit transformer le Peuple debout en une machine électorale infernale en vue de l’alternance»

        Le Conseiller municipal et Président National de l’organisation politique ‘’Les Forces de l’Avenir’’, Germain SOSSOU a accordé une interview à la Rédaction de Plume Libre et Referencetv.tg.

Monsieur SOSSOU Germain déclare entre autres : « L’appel à s’abstenir par rapport au recensement fut une erreur  politique sans précédent : les conséquences seront pour une longue durée ».

Monsieur SOSSOU Germain déclare entre autres : « L’appel à s’abstenir par rapport au recensement fut une erreur  politique sans précédent : les conséquences seront pour une longue durée ».

      Nous vous proposons de lire l’intégralité de cet entretien qui aborde plusieurs sujets d’actualité politique notamment la présidentielle de 2020.

 

 

 

Referencetv : Monsieur le Président, comment se porte votre organisation politique ?

Germain SOSSOU: Tout d’abord permettez nous de vous remercier pour l’opportunité que vous nous offrez ce jour de nous adresser à nos concitoyens à travers vos colonnes et micros,

Après plus d’une trentaine d’années de parcours démocratique et après une certaine expérience acquise pour la plupart d’entre nous dans des formations politiques, nous avons décidé de saisir l’occasion des élections locales pour lancer une initiative politique : Les Forces de l’Avenir

A la question de savoir comment se portent les Forces de l’Avenir, nous ne pouvons pas vous servir l’euphorie mensongère des expériences antérieures de la gestion des organisations politiques.

Les Forces de l’avenir sont embryonnaires. Il y a des difficultés, nous en sommes conscients avant de nous jeter à l’eau. Mais nous avons fait le vœu de tenir la brèche.

 

Referencetv : Quel bilan faites vous des élections passées notamment les législatives et les Municipales ?

Germain SOSSOU : Le bilan que font les Forces de l’Avenir par rapport aux dernières élections est un bilan de satisfaction mêlée d’amertume.

Les Forces de l’Avenir ont salué la décision de l’organisation des élections locales car c’est un pan essentiel du processus démocratique qui a été laissé depuis lors. Ce qui a vicié le parcours des hommes politiques dans notre pays.

En effet, les Forces de l’Avenir estiment qu’un politique sans base politique n’en est pas un. Dans une moindre mesure il est un accidentel politique. Elles auraient souhaité que cette opportunité se soit faite sans politisation à la base et elles auraient aimé également voir une participation massive des jeunes à ces élections à la base. Ceci aurait déclenché le renouvellement indispensable dans notre pays.

En ce qui concerne les législatives, ce fut une grande déception. Les Forces de l’Avenir auraient souhaité voir les forces engagées dans la coalition jouer la carte électoraliste en transformant le peuple debout en une machine électorale infernale.

La configuration actuelle n’aurait pas été celle-ci. Ceci aurait eu une incidence politiquement positive sur les locales et la présidentielle de 2020. L’appel à s’abstenir par rapport au recensement fut une erreur  politique sans précédent : les conséquences seront pour une longue durée.

 

Referencetv : Est ce qu’on peut dire que la démocratie Togolaise avance ou au contraire, elle recule ?

Germain SOSSOU : Nous sommes en route au Togo comme le dirait le philosophe. Nous avons la démocratie la plus éprouvée de l’Afrique occidentale sans nul doute à cause du mauvais départ. Il faut reconnaître que notre régime qui sortait du parti unique, n’a pas accepté cette nouvelle expérience de gaité de cœur. La nouvelle expérience est tombée drue après la chute du mur de Berlin. La conséquence fut un processus démocratique de façade. Le régime en a fait avec. Les tenants de l’ordre nouveau quant à eux, ont raté bien des occasions. Que de rendez vous manqués. Ce fut rude et sanglant mais la flamme est toujours allumée.

Il ne reste qu’à la nouvelle génération de prendre la main et à l’ancienne de passer la main.

 

Referencetv :  Que pensez-vous de la présidentielle de 2020 ?

Germain SOSSOU : Les prémices devant permettre un heureux aboutissent n’ont malheureusement pas eu un meilleur sort que les précédents. Dans le cas du Togo, après bien de combats pour l’alternance, combats souvent violents et finalement soldés à la faveur du conservatisme, l’expérience du passé à l’avènement du 19 août 2017 devait amener les leaders à opter pour les questions électorales. Dès le début, le doute s’était installé au sein du pouvoir. Tout le monde était fatigué de ce pouvoir. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, pour un régime habitué aux hold up électoraux, les élections issues de la contestation du 19 août 2017 auraient pu faire partir le régime. Il aurait fallu jouer dans la cour du régime. Il fallait jouer sur le  propre terrain du pouvoir.

Ceci dit rien n’est joué. Les Forces de l’Avenir estiment qu’à ce stade, quatre conditions peuvent en six mois changer les donnes :

– Trouver un candidat charismatique et qui sera accepté par la majorité des togolais de l’intérieur, de l’extérieur capable de faire bouger les lignes au sein du pouvoir et au sein de l’armée.

– Remobiliser les troupes de l’intérieur et de l’extérieur

– Mobiliser les Finances en un temps record.

– Rassurer la communauté internationale.

 

Referencetv :  Serez-vous candidat à la présidentielle de 2020 ?

Germain SOSSOU : Les Forces de l’Avenir auront un candidat en 2035 leurs objectifs à court et moyen terme, ce sont les communales et les législatives. Elles ont un concept politique à faire aboutir : La marche républicaine de la base au sommet et ceci de façon graduelle.

 

Referencetv :  Les deux tours de la présidentielle au Togo: une chance ou un risque ?

Germain SOSSOU : Sur le principe c’est la remise en l’état premier des dispositions de la constitution de 1992 modifiée unilatéralement en 2002 par une assemblée nationale totalement acquise au régime ayant toujours la main courante. C’est juste un retour à la case. La disposition des deux tours n’empêche pas la victoire au premier tour. C’est le piège trompeur. Il faut s’en méfier.

 

Referencetv : Quelles sont vos relations aujourd’hui avec les autres leaders de l’opposition et les acteurs politique de la mouvance présidentielle ?

Germain SOSSOU : Les leaders actuels de l’opposition à quelques exceptions près, sont des aînés pour qui nous avons du respect. Ils méritent la reconnaissance de la génération montante. Leur croix fut très lourde et difficile à porter. Ce sont des monuments de la lutte pour la démocratie.

Si les Forces de l’Avenir devaient entretenir des relations, ce seront celles du maître et de l’élève. Il en est de même pour les responsables du pouvoir. Aucune relation particulière que celle de l’autorité en charge de notre destin et dont nous nous préparons à prendre le relais dans quelques années.

Les aînés dans leur ensemble ont fait de leur mieux pour sauvegarder la paix, il faut travailler à leur permettre un repos mérité.

 

Referencetv : Y’ aura t il alternance en 2020 selon vous ?

Germain SOSSOU : Les trois prochains mois seront décisifs. C’est au 31 décembre 2019 que nous serons en mesure de vous donner un pronostic avec certitude.

 

Referencetv : Que pensez-vous de la question de candidature unique de l’opposition en 2020 ?

Germain SOSSOU : Cette question est tributaire du canevas que les Forces de l’Avenir ont tracé plus haut.

 

Referencetv : Votre message à la diaspora Togolaise ?

Germain SOSSOU : Les Forces de l’Avenir sont conscientes des efforts consentis par nos compatriotes de l’extérieur depuis des années. Nous pensons qu’ils méritent une meilleure implication dans la gestion des affaires politiques de notre pays. Si l’opportunité se présentait, Les Forces de l’avenir souhaiteraient travailler avec tous et sans exception pour l’avenir du Togo. Elles souhaitent humblement que les compatriotes de l’extérieur puissent garder la foi et qu’ils redoublent d’ardeur.

 

Referencetv :  Votre message à vos concitoyens qui sont au pays, surtout à la jeunesse ?

Germain SOSSOU : La jeunesse togolaise représente plus de la moitié de la population. Elle a été toujours à l’avant garde de tous les changements. Mais elle est celle qui finalement est laissée pour compte  après les tempêtes.

Le seul moyen aujourd’hui pour les jeunes de s’affirmer, c’est d’être acteurs et metteurs en scène de leur propre destin : prendre les parcelles de pouvoir à la base, c’est se donner les moyens de la formation pratique et de l’apprentissage de la chose politique, c’est prendre la ferme décision de prendre le pouvoir d’Etat en 2035 au Togo après avoir contrôlé les communes et l’Assemblée nationale. D’ici là et très massivement préparons nous à prendre les communes et la prochaine assemblée nationale en 2025. Pour se faire tout en continuant la bataille pour 2020, les Forces de l’Avenir voudraient jetter les filets politiques de 2025 au travers des semences qu’il faut préparer à enfouir dans les sillons de l’après 2020.

 

Referencetv : Mot de fin de cet entretien ?

Germain SOSSOU : Les Forces de l’avenir vous remercient pour cet entretien. Elles espèrent que le découragement fera place au réarmement des mentalités, à leur transformation et surtout à la décision  de se mettre au travail car l’avenir c’est vous, c’est nous, ce sont surtout nos poursuivants et c’est ici et maintenant.

 

Referencetv : Merci Monsieur le Président

C’est nous.

Propos recueillis par Emmanuel Vivien TOMI et la Rédaction

de Plume Libre et Référence TV

www.referencetv.tg

Développement / Communication La Boutique Togocel de Kpétsumé est opérationnelle

 

 

Le samedi 27 juillet 2019, dans la matinée, la Boutique en Franchise de Togocel de Kpétsumé dans le canton d’Assahoun, préfecture de l’Avé a été inaugurée par les Autorités Locales et les Responsables de Togocel.

Les populations de Kévé, Apéyémé, Kpétsumé,  Assahoun et autres cantons et villages de la préfecture de l’Avé ont la possibilité de bénéficier encore plus des services de la Société de téléphonie Togocel. Et pour cause la Boutique en Franchise de Kpétsumé est opérationnelle.

Plusieurs discours ont meublé la cérémonie de la Boutique Togocel de Kpétsumé.

C’est le chef canton d’Assahoun Togbui BELETE-NOMEGNON III qui a couvert le bal des interventions par son mot de bienvenue.

Le représentant du partenaire et cadre de l’Avé Alexandre AZIABU n’a pas manqué de saluer l’initiative et de féliciter Togocel qui se rapproche encore plus des populations.

Le Directeur de la distribution SHABAN Ahmed, également Représentant du Directeur Général de Togocel, a expliqué la vision de Togocel et l’objectif des Boutiques dans tout le pays.

Avant la coupure symbolique du ruban, le déroulement de la plaque et la visite des lieux, il y a le discours officiel du Préfet de l’Avé, AWU Kossi.

Le Représentant du Pouvoir Central a félicité Togocel pour ses activités en l’occurrence l’installation des Boutiques dans les préfectures.

La cérémonie a été agrémentée par la prestation des groupes Bobobo Elilim de Kévé, Azélé Forever de Kpétsumé et la Compagnie théâtrale Do Aveniro de Lomé.

Plume Libre

Affaire des e-mails: Donald Trump défend sa fille, Ivanka!

Le président américain a défendu sa fille, Ivanka, dans l’affaire des emails envoyés à partir d’un compte personnel. Pour Donald Trump, le cas de sa file est différent de celui de l’ex secrétaire d’État américain, Hillary Clinton.

Ce sont des fonctionnaires de la Maison Blanche qui ont fait la découverte. Selon le Washington Post, ces travailleurs ont allégué que Ivanka Trump, la fille de Donald Trump utilisait une messagerie privée, ce qui est contraire aux lois fédérales.

Lire la suite