Interview exclusive du Responsable de Clenzics Edem YIGAN : « L’Afrique est à la traîne en technologies …Nous devons relever les défis notamment pour la Data Literacy »

Que doit-on comprendre par la Data Literacy ou la culture de la donnée ? Quelle en est l’utilité ? Où en est- on en Afrique et particulièrement au Togo? Voilà autant de questions qui ont retenues notre attention dans cette interview que le responsable de Clenzics : Edem YIGAN a accordé à la Rédaction de Referencetv.tg.

Société de conseil en technologies digitales ayant  des bureaux à Abidjan et à Paris, Clenzics a organisé   une conférence à Onomo Hôtel à Lomé en fin du mois octobre.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    La particularité de la  société  Clenzics est qu’elle  travaille  sur des projets de prototypage rapide autour des données : depuis la production jusqu’aux modèles d’intelligence artificielle en passant par le stockage et la distribution.

Pour Edem YIGAN :’’ Malheureusement, comme souvent sur ces sujets technologiques, nous sommes à la traîne tant en terme de production de données que de moyens techniques. Le continent produit à peine 1% des données mondiales.’’

Mais le jeune expert et spécialiste de la Data Literacy ajoute : ‘’Malgré tout, de belles initiatives sont déjà prises dans de nombreux pays …’’

Nous vous proposons de lire l’interview en intégralité .

 

Referencetv.tg : Qu’est-ce que la Data Literacy ou la culture de la donnée?

  1. YIGAN : Il s’agit tout simplement de l’aptitude à travailler avec les données : les identifier, les collecter, les stocker et les analyser.

Qu’elles soient structurées ou non, sous forme de texte, de vidéo ou d’audio, ces données ont une grande valeur que nous devons être en mesure d’extraire au 21e siècle.

 

Referencetv.tg : Quelle est l’utilité de la maîtrise de la Data Literacy ?

  1. YIGAN : Rien de ce que nous faisons aujourd’hui ne se fait sans donnée : nos appels téléphoniques, notre santé, notre production agricole, nos crédits bancaires, la météo, l’érosion des côtes togolaises, tous ces sujets produisent des données que nous devons être en mesure de capturer stocker et analyser. D’abord pour une meilleure compréhension des phénomènes et processus.

Mais aussi parce que la donnée est au coeur de la transformation digitale dont on parle tant. La data literacy offre des perspectives d’emploi pour les jeunes et moins jeunes, une plus grande compétitivité pour les entreprises, une efficacité accrue pour toute organisation publique ou privée.

Il est aujourd’hui important d’inclure cette culture dans la formation de notre jeunesse parce que cela lui ouvrirait de belles perspectives d’emploi : des développeurs, des ingénieurs cloud, des data engineer, data scientist, mais aussi des juristes, économistes ou psychologues, tous spécialistes de la donnée.

Imaginez une application qui permet via un chatbot de commander son « Ayimolou» via WhatsApp pour midi.  Ou encore une qui affiche directement les paroles des tubes de Bella Bellow.

Ou une autre qui envoie les besoins de consommation de produits agricoles aux coopératives agricoles par SMS. Les perspectives sont nombreuses.

 

Referencetv.tg : Où en est – on en Afrique et particulièrement au Togo?

  1. YIGAN : Malheureusement, comme souvent sur ces sujets technologiques, nous sommes à la traîne tant en terme de production de données que de moyens techniques. Le continent produit à peine 1% des données mondiales.

Malgré tout, de belles initiatives sont déjà prises dans de nombreux pays, des journalistes Ghanéens se sont ainsi formés récemment au data-journalisme, Google vient d’ouvrir son centre d’IA à Accra. Andela la startup nigériane créée en 2014 forme des centaines de développeurs et a levé en début d’année 100 millions de dollars.

Reste maintenant à répliquer ce genre de succès au Togo. Il faut obligatoirement relever les défis de la data literacy. Nous y croyons.

 

 

Referencetv.tg : Vous aviez organisé une conférence à Onomo Hôtel à Lomé en fin du mois octobre. Qu’est ce qui a motivé une telle rencontre ?

Que faut-il retenir pour l’essentiel de la rencontre ?

  1. YIGAN : Notre objectif principal est de faire découvrir aux jeunes et au monde professionnel togolais l’importance de la data literacy.

Nous avons en exemple des mastodontes américains et chinois qui tirent profit de téraoctets de données : Amazon, Facebook, Google, Alibaba, Tencent, etc .

Ces données procurent de plus en plus de pouvoir mais comportent aussi des biais qui sont renforcés par les algorithmes d’intelligence artificielle. Les algorithmes de reconnaissance faciale et de détection de cancer de la peau, par exemple, marchent mal sur les peaux foncées. Cela exclut une grande partie du continent, mais offre aussi des opportunités de business.

Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook a dit un jour : « Un écureuil en train de mourir dans votre jardin peut être plus pertinent pour vos intérêts à cet instant précis que des gens en train de mourir en Afrique.» Cela est peut-être choquant pour certains mais ses propos sont vrais : la pertinence et le contexte des données et des informations sont importants.

Il faut donc que le continent produise plus de données qui lui ressemblent. Et qu’il arrive à traiter ces données pour en tirer la substantifique moëlle.

Avec des moyens techniques et des compétences que nous avons voulu partager avec le public loméen.

 

Referencetv.tg : Présentez nous votre structure : CLENZICS ?

  1. YIGAN : Nous sommes une société de conseil en technologies digitales avec des bureaux à Abidjan et à Paris. Notre particularité est que nous travaillons sur des projets de prototypage rapide autour des données : depuis la production jusqu’aux modèles d’intelligence artificielle en passant par le stockage, et la distribution, nous aidons nos clients à valoriser leurs données sur des projets à cycle court terme afin de produire des résultats rapidement.

Nous aimons également travailler en réseau d’experts, ce qui nous permet une interdisciplinarité dans la réalisation de nos projets qui touchent plusieurs secteurs d’activités : banque, assurance, énergie, marketing, agriculture, négoce… Nous n’avons pas de verticale de marché privilégiée.

 

Referencetv.tg : Merci Monsieur YIGAN.

  1. YIGAN : Merci à vous aussi.

 

                    Propos recueillis par Emmanuel Vivien TOMI et

la Rédaction de Referencetv.tg

Fait divers : Il est mort dans un bar, une bouteille de bière en main

 

Les hommes savent qu’ils vont tous mourir un jour mais quand, où, comment et de quoi ? Difficile à savoir mais il y a ici bas des dôles de façons de mourir. C’est sans doute le cas de cet homme d’environ la soixantaine décédé tout récemment dans un bar d’un quartier banlieusard de Lomé, la capitale Togolaise.

Koffi G., un homme de presque 60 ans a bel et bien garé sa voiture lui-même, il s’est installé à table dans un coin du bar dont nous taisons le nom avant de commander une bière fraiche. Il a été servi et a refusé d’utiliser un verre, explique le gérant du bar.

Le gérant ajoute : ‘’ La jeune fille qui l’avait servi a ramené le verre et l’homme était resté seul jusqu’aux alentours de minuit. En principe, nous fermons à 23h mais comme il y avait un client, nous avions traîné un peu jusqu’à  l’heure où, n’en pouvant plus, nous avions décidé de ramasser les chaises et les tables en prenant soin de ne pas le déranger. Mais l’homme était bizarre et j’ai envoyé la jeune fille prendre l’argent et informer le monsieur que nous allions fermer…’’

La suite, tout le monde peut l’imaginer. L’homme a été trouvé mort avec la bouteille de bière en main. Les sapeurs pompiers appelés au secours n’avaient plus rien à faire et la police entama une enquête rapide. Un médecin sollicité pour l’examen va conclure plus tard que l’homme était mort d’une mort naturelle.

Terrible nouvelle pour la famille, cette nuit. Le père, le mari, l’oncle était mort dans un bar, une bouteille de bière à la main.

Vivien

Referencetv.tg et Plume Libre

www.referencetv.tg

 

Fait divers : Un homme a frôlé la mort pour avoir rendu visite à une femme d’autrui

Les hommes qui prennent des risques en se rendant chez des femmes dont ils ne connaissent pas réellement le statut doivent faire très attention. Un homme a failli subir la vindicte populaire pour avoir rendu visite à une femme d’autrui, tout récemment dans un quartier banlieusard de Lomé, la capitale Togolaise.

Kossi A. , un jeune homme d’une trentaine d’années environ à failli périr sous la colère d’une foule sadique pour avoir rendu visite à Sika Josephine A., une jeune dame de moins de la trentaine.

Le jeune homme a été surpris par son rival au moment où il tentait d’embrasser à la devanture son hôte Sika Josephine. Sans hésiter, « le mari « de Sika a crié « oh voleur ! ». Mais il y a certains  quartiers dans les villes africaines oû quand on lance cette alerte ,des jeunes se lancent à la poursuite du présumé « malfrat  »

Kossi a fait de son mieux avec sa moto pour fuir la foule en colère. Heureusement pour lui que dame Sika est arrivée à temps au lieu de chute pour expliquer à la foule que Kossi n’était pas un voleur.

Le rival très remonté explique finalement les faits : »c’est ma femme. C’est Moi qui ai loué l’appartement et ce Monsieur vient pour me cocufier. C’est un voleur de femme. Voilà pourquoi j’ai crié Oh voleur.  »

La foule s’explose de rire et des conseils sont donnés au ‘’voleur de femme d’autrui’’.  Alors, avis aux candidats.

Vivien

Référence TV et Plume Libre

www.referencetv.tg

Suivez aussi notre chaîne: referencetv.tg (youtube)