Togo : Salubrité publique La Mairie d’Agoé-Nyivé 3 rend propre le CMS d’Elavagnon

Le samedi 07 décembre 2019, dans la matinée, le personnel de la Mairie et les habitants des quartiers de la commune d’Agoé-Nyivé 3 ont procédé à l’opération ville propre comme l’exige la nouvelle tradition tous les premiers samedis du mois.

C’est à l’appel du Conseil Municipal d’Agoé-Nyivé 3 avec à sa tête, le Maire ADONKANU Yawo  Jean Marie que la population a eu à accomplir cet acte de civisme et de citoyenneté.

Et justement, le Maire en personne, M ADONKANU Yawo Jean Marie, son Adjoint, le député KOUDAOBGO Kodjo Kadevi Denis, les Conseillers municipaux, le Chef traditionnel du Canton de Vakposito et d’autres personnalités et citoyens n’ont pas hésité à tenir les balaies, la houe, les râteaux et les brouettes pour rendre le Centre Medico Social d’Elavagnon.

‘’C’est un devoir pour tous les citoyens et en premier les responsables municipaux de rendre propre la ville, surtout les lieux publics. Même au-delà de cette journée instituée par l’Etat, tous les citoyens  doivent veiller a la propriété de toute la ville’’, a laissé entendre le Maire d’Agoé-Nyivé 3 Pasteur ADONKANU Yawo Jean Marie.

Le choix du Centre Médico Social (CMS) d Elavagnon n’est pas un hasard.

‘’C’est un lieu de la santé et nous devons toujours le maintenir propre et sain. Les centres de santé doivent être des modèles de l’hygiène et de la propriété’’ a encore ajouté le Maire ADONKANU Yawo  Jean Marie dans une interview en français et en langue locale (Ewé).

La commune d’Agoé-Nyivé 3 regroupe les quartiers. Elavagnon Kleve, Elavagnon Atsanvé, Hossou Kope,  Awoudja Kope, Dassa kope, Logogome.

L’opération ville propre du 07 décembre 2019 a donc mobilisé des citoyens de tous les quartiers de la commune d’Agoé-Nyivé 3 au CMS d’Elavagnon.

Déjà le rendez-vous est pris pour d’autres opérations ville propre à d’autres endroits notamment à la Mairie d’Agoé-Nyivé 3.

Voir aussi la vidéo sur Referencetv.tg et les photos dans la rubrique Les Photos de la Rédaction.

Reportage à Elavagnon-Lomé

                                    Emmanuel Vivien TOMI et la Rédaction

de Plume Libre et de Referencetv.tg

Togo/ Politique : Le Conseil des Ministres prend d’importantes décisions relatives aux prochaines échéances électorales

Le Conseil des ministres a pris, ce 05 décembre 2019, d’importantes décisions relatives aux prochaines échéances électorales.

Communiqué sanctionnant le Conseil des ministres du jeudi 5 décembre 2019

        Le Conseil des ministres s’est réuni ce jeudi 5 décembre 2019 au Palais de la Présidence de la République, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République.

Le Conseil des ministres, au cours de ses travaux, a adopté :

– un (1) projet de loi ;

– sept (7) projets de décret ;

– abordé des divers.

Au titre des projets de loi

Le conseil des ministres a adopté le projet de loi portant création de l’Ordre national des ingénieurs du Togo et réglementation de l’exercice de la profession d’ingénieur.

L’ingénieur est à la base des activités de tous les secteurs socioéconomiques et œuvre pour le développement et la création des richesses dans un pays en vue de l’amélioration de la qualité de vie.

La formation et l’exercice de la profession d’ingénieur doivent donc satisfaire à des standards et à une éthique qui permettent au public d’être assuré de la prestation efficace de l’ingénieur dans ses différents domaines de spécialité.

Aussi, est-il nécessaire que l’exercice de la profession d’ingénieur soit encadré et réglementé. Pour contrôler le respect des normes de qualité et l’éthique par les professionnels de ces secteurs d’activités, le présent projet de loi institue un Ordre national des ingénieurs du Togo.

Au titre des décrets :

Le premier décret adopté par le Conseil des ministres porte attributions, organisation et fonctionnement de la commission d’expropriation (COMEX). La réalisation des projets portés par l’Etat au profit des populations nécessite de procéder à des expropriations pour cause d’utilité publique et à l’indemnisation des personnes affectées.

Le cadre juridique existant pour la gestion des expropriations n’étant plus adapté, un Comité interministériel d’indemnisation (CII) a été mis en place en 2009 pour gérer d’une manière participative et systématique le processus d’indemnisation et de compensation des personnes affectées par les projets.

Avec l’adoption de la loi n° 2014-014 du 22 octobre 2014 portant modernisation de l’action publique de l’Etat en faveur de l’économie et de la loi n° 2018-005 du 14 juin 2018 portant code foncier et domanial, il devient nécessaire de revoir le cadre de gestion des expropriations.

En effet, l’article 78 de la loi n° 2014-014 du 22 octobre 2014 a créé la commission d’expropriation (COMEX) et a laissé le soin au Gouvernement de préciser, par décret en Conseil des ministres, les modalités de son organisation et de son fonctionnement. C’est l’objet du présent décret qui définit la composition de la COMEX, les modalités de désignation des membres, ainsi que de son fonctionnement.

Le deuxième décret adopté par le Conseil des ministres porte création des trésoreries. La loi n° 2017-008 du 29 juin 2017 portant création de communes, modifiée par la loi n° 2019-001 du 9 janvier 2019 a consacré la communalisation intégrale du territoire togolais. Son application s’est traduite par l’élection des conseillers municipaux et des maires, installés dans leurs fonctions les 14, 15 et 16 octobre 2019 mettant ainsi fin aux délégations spéciales.

Conformément à la réglementation financière et comptable en vigueur, et surtout dans le cadre de la mise en œuvre des budgets communaux qui incombent aux maires (ordonnateurs) et aux comptables publics, il s’avère indispensable de doter chaque commune d’un poste comptable placé sous l’autorité d’un comptable public.

L’adoption de ce présent décret contribuera à la gestion transparence et efficiente des ressources financières de ces collectivités locales grâce notamment à la séparation des fonctions d’ordonnateur et de comptable.

Le troisième décret adopté par le Conseil des ministres fixe la date du 1er tour de l’élection présidentielle de 2020 et convoque le corps électoral pour le premier tour de cette élection présidentielle. Le code électoral prévoit en son article 79 que la date du scrutin soit fixée par décret en Conseil des ministres.

Cette loi précise également que le corps électoral est convoqué par décret en Conseil des ministres sur proposition de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Ce décret précise les heures d’ouverture et de clôture du scrutin. Aussi, l’article 65 de la constitution du 14 octobre 1992 dispose-t-il que « le scrutin est ouvert sur convocation du corps électoral par décret pris en Conseil des ministres 60 jours au moins et 75 jours au plus avant l’expiration du mandat du Président en exercice ».

C’est donc en application des dispositions desdits articles que le présent décret fixe la date du 1er tour de l’élection présidentielle de 2020 au 22 févier 2020 et convoque le corps électoral pour la même date.

Les bureaux de vote sont ouverts de sept (7) heures à seize (16) heures en heure UTC/GMT sur toute l’étendue du territoire national et en heure locale pour les bureaux de vote dans les ambassades retenues pour le vote des Togolais vivant à l’étranger.

Le quatrième décret adopté par le Conseil des ministres fixe le montant du cautionnement à verser pour l’élection présidentielle de 2020. La loi n° 2012-002 du 29 mai 2012 portant code électoral dispose en son article 155 que : « les candidats sont astreints au dépôt au Trésor public d’un cautionnement dont le montant est fixé par décret en Conseil des ministres sur proposition conjointe de la CENI et du ministre chargé de l’administration territoriale ».

Le présent décret fixe le montant du cautionnement pour l’élection présidentielle de 2020 à vingt millions (20 000 000) de francs CFA.

Le cinquième décret adopté par le Conseil des ministres porte ouverture et clôture de la campagne électorale pour le premier tour de l’élection présidentielle de 2020.

Le premier tour de l’élection présidentielle de 2020 est précédé de la campagne électorale animée par les candidats à l’élection présidentielle et les partis politiques reconnus, conformément à l’article 67 de la loi portant code électoral. L’article 68 de la même loi dispose que : « la campagne électorale est déclarée ouverte quinze (15) jours francs avant la date du scrutin. Elle s’achève vingt-quatre (24) heures avant le jour du scrutin ».

 

C’est en application de ces dispositions que le présent décret ouvre la campagne électorale pour l’élection présidentielle le jeudi 6 février 2020 à zéro heure ; elle prend fin le jeudi 20 février 2020 à minuit.

Le sixième décret adopté par le Conseil des ministres porte contribution de l’Etat au financement de la campagne électorale pour les deux tours de l’élection présidentielle de 2020.

La loi n° 2013-013 du 7 juin 2013 portant financement public des partis politiques et des campagnes électorales dispose à son article 1er que « L’Etat alloue une aide pour le financement des activités des partis et regroupements de partis politiques… ».

L’article 10 de la même loi prévoit que « L’Etat contribue au financement des campagnes électorales des partis et regroupements de partis politiques ainsi que des candidats ou listes de candidats dans le cadre des élections législatives et présidentielles.

Le montant de cette contribution est inscrit dans la loi de finances de l’année de l’élection visée. S’il n’a pas été prévu dans la loi de finances de l’exercice en cours, ce montant est fixé par décret en Conseil des ministres.».

Le présent décret fixe donc le montant de la contribution de l’Etat au financement de la campagne électorale pour l’élection présidentielle de 2020 à cinq cent millions (500 000 000) de francs CFA. Cette contribution de l’Etat est répartie comme suit :

– 60% du montant sont répartis à égalité entre tous les candidats ;

– 40% du montant de la contribution financée par l’Etat sont répartis proportionnellement aux suffrages obtenus entre les candidats ayant obtenu au moins 10 % des suffrages exprimés.

Le montant de l’aide proposée tient compte de l’organisation de la campagne électorale pour les deux (2) tours par les candidats à l’élection présidentielle.

Ce montant est fonction du nombre de candidats qui seront retenus par la Cour constitutionnelle.

Le septième décret adopté par le Conseil des ministres porte vote par anticipation des forces de défense et de sécurité pour l’élection présidentielle de 2020.

La loi portant code électoral prévoit en son article 117 que les membres des forces de défense et de sécurité peuvent, en cas de besoin exercer leur droit de vote par anticipation.

Cette mesure est prévue par le code électoral pour permettre aux forces de défense et de sécurité de garantir la sécurité des électeurs et des opérations électorales le jour du scrutin. Elle est d’autant plus pertinente au vu de l’environnement sécuritaire qui prévaut dans la sous-région.

En application du code électoral, le présent décret fixe ainsi la date du vote des forces de défense et de sécurité à soixante-douze (72) heures avant la date du scrutin général.

A l’issue des échanges et des délibérations relatifs aux questions électorales, le Président de la République a donné des instructions au Gouvernement de maintenir l’esprit d’ouverture et d’écoute avec l’ensemble des acteurs politiques et la société civile avec le souci primordial d’assurer le déroulement serein et pacifique du processus électoral et de garantir par des mesures concrètes et pratiques, la tenue d’un scrutin présidentiel libre, équitable, transparent et crédible.

Le Chef de l’Etat a également exhorté les membres du Gouvernement à demeurer concentrés sur leurs mission et tâches et à garder le cap des réformes et des efforts visant à répondre aux besoins de nos concitoyens.

Fait à Lomé, le 5 décembre 2019

  Le Conseil des ministres

 

Fait divers : Il est mort dans un bar, une bouteille de bière en main

 

Les hommes savent qu’ils vont tous mourir un jour mais quand, où, comment et de quoi ? Difficile à savoir mais il y a ici bas des dôles de façons de mourir. C’est sans doute le cas de cet homme d’environ la soixantaine décédé tout récemment dans un bar d’un quartier banlieusard de Lomé, la capitale Togolaise.

Koffi G., un homme de presque 60 ans a bel et bien garé sa voiture lui-même, il s’est installé à table dans un coin du bar dont nous taisons le nom avant de commander une bière fraiche. Il a été servi et a refusé d’utiliser un verre, explique le gérant du bar.

Le gérant ajoute : ‘’ La jeune fille qui l’avait servi a ramené le verre et l’homme était resté seul jusqu’aux alentours de minuit. En principe, nous fermons à 23h mais comme il y avait un client, nous avions traîné un peu jusqu’à  l’heure où, n’en pouvant plus, nous avions décidé de ramasser les chaises et les tables en prenant soin de ne pas le déranger. Mais l’homme était bizarre et j’ai envoyé la jeune fille prendre l’argent et informer le monsieur que nous allions fermer…’’

La suite, tout le monde peut l’imaginer. L’homme a été trouvé mort avec la bouteille de bière en main. Les sapeurs pompiers appelés au secours n’avaient plus rien à faire et la police entama une enquête rapide. Un médecin sollicité pour l’examen va conclure plus tard que l’homme était mort d’une mort naturelle.

Terrible nouvelle pour la famille, cette nuit. Le père, le mari, l’oncle était mort dans un bar, une bouteille de bière à la main.

Vivien

Referencetv.tg et Plume Libre

www.referencetv.tg

 

Interview exclusive du Président de NO.VI. Dr Kodjovi Aubin THON : « Je suis candidat à la Présidentielle de 2020 pour favoriser le développement, soulager la diaspora et promouvoir la jeunesse »

Les togolais doivent se rendre aux urnes dans quelques mois pour désigner leur nouveau Président de la République. L’un des candidats déclarés à ce scrutin est le Président du mouvement Nouvelle Vision (NOVI) Dr Kodjovi Aubin THON. L’homme qui dit se départir des deux camps politiques à savoir la mouvance présidentielle et l’opposition, propose une nouvelle alternative à ses concitoyens.

Dans une interview accordée à la Rédaction  de Référenctv.tg et de Plume libre, le Président de NOVI Dr THON a expliqué les raisons qui ont motivé sa décision de participer au scrutin présidentiel de 2020.

Le candidat THON a répondu à plusieurs questions relatives notamment à son projet de société, ses relations avec la classe politique togolaise (Pouvoir comme Opposition) ,ses propositions à la diaspora, à la jeunesse togolaise et sa vision de la politique. La question des deux tours au scrutin présidentiel 2020 et le sujet de la candidature unique de l’opposition, ont été également abordée au cours de l’entretien que nous vous proposons de lire en intégralité.

 

Referencetv : Dr Kodjovi Aubin Thon, vous êtes le président national du mouvement « Nouvelle Vision ». Est-ce que vous pouvez vous présenter encore plus au public ?

Dr THON : Merci. De nationalité Togolaise, je suis Kodjovi Aubin THON, Président du mouvement Nouvelle Vision en abrégé NOVI. Je suis candidat à la présidentielle de 2020. Je suis né le 1er mars 1976.

 

Referencetv : Justement, vous nous revenez de la diaspora , vous étiez aux Etats Unis d’Amérique. Alors, vous le confirmer, vous serez candidat à la Présidentielle de 2020 au Togo ?

Dr THON : Bien sûr. Je suis le Président de Nouvelle Vision et je suis candidat aux élections  présidentielles de 2020 dans notre cher pays, le Togo. Comme vous le savez j’ai vécu aux Etats Unis pendant 18 ans. J’ai donc pris la décision de retourner dans mon pays pour mettre ma compétence et mon leadership au  service du Peuple Togolais.

 

Referencetv : Que proposez-vous d’autres à vos concitoyens togolais ?

Dr THON : Merci pour la question : qu’est ce que je propose d’autre ?Je propose la solution aux citoyens Togolais. La solution à leurs problèmes. La solution à leurs aspirations. Je propose la réelle solution pour le Peuple Togolais.

 

Referencetv : Qu’est-ce qui vous motive pour briguer le fauteuil de la magistrature suprême de votre pays ?

Dr THON : Je rappelle tout d’abord que je ne suis pas un politicien. Je n’ai pas une ambition politicienne. Ma décision d’aller aux élections présidentielles est prise suite à une longue analyse. Vous savez, je suis parti en 2001 aux Etats Unis et trois ans après, j’ai commencé à m’ingérer dans la lutte contre la misère et la  pauvreté en Afrique. J’ai créé une ONG dénommée Charity Interbational. De 2004 à 2009, soit environ cinq après, j’ai commencé à mener des actions sur le territoire Togolais. Charity International est devenue la Fondation Togolaise, l’Institution avec laquelle j’ai posé beaucoup d’actions au Togo de 2009 à 2013 .

En 2013 , j’ai commencé à organiser la diaspora autour de moi et de nos actions envers la Société civile, envers la population. En 2013 pour la première fois au Togo, nous avons organisé la grande semaine de la diaspora, le rendez vous de tous les Togolais d’ici et d’ailleurs. L’objectif est d’amener tous les Togolais à s’intéresser à leurs prochains ;à les aider . La seconde édition a eu lieu en  2014 .Et en cette même année que nous avons décidé que cela devra se tenir chaque deux ans. C’est donc en 2016 qu’il y a eu la troisième édition de cette grande semaine de la diaspora. Vous n’êtes pas sans savoir qu’il faut toujours faire une évaluation de vos actions. C’est donc suite à une longue réflexion. Suite à une analyse des énergies que nous dépensons et de leurs fruit que nous que nous avons compris qu’il faut un programme national. Un programme qui pourra être porté non seulement par une association mais par un Etat. Et l’analyse de la situation Togolaise nous révèle l’existence de deux blocs politiques. L’un des blocs est dans une dynamique de maintien du pouvoir et l’autres a la soif de l’alternance. L’existence des deux pôles n’est pas le problème mais les relations qui les lient. D’un côté, on prend toutes les dispositions possibles pour laisser le Peuple dans une situation manipulable. Avec un billet de deux mille ou cinq mille francs Cfa on amène aux résultats qu’on veut. De l’autre côté , on veut que le Peuple s’appauvrisse jusqu’à un degré pour que ce peuple se soulève pour  les aider à avoir le pouvoir…

 

Nous reviendrons sur la suite de l’interview.

Rester sur Referencetv.tg pour l’actualité 24H sur 24.

 

Togo / Politique : Interview exclusive du Président du parti Bloc d’Action pour le Changement Thomas NOUSSOUKPOE : « En 2020, nous allons accompagner et battre campagne pour le Candidat choisi par Dieu »

 

    « Pour la présidentielle de 2020, nous pensons que c’est une année électorale spéciale pour les togolaises et togolais. D’où la nécessité pour les acteurs politiques togolais de savoir raison garder en demandant au peuple de faire un bon choix, le choix de Dieu. Celui de choisir le candidat qui s’y connait en matière d’administration de l’État et la diplomatie internationale. »

Cette déclaration est celle du Président National du parti politique Bloc d’Actions pour le Changement Thomas NOUSSOUKPOE.

    Dans une interview accordée à la Rédaction de Plume Libre et de Referencetv.tg , Monsieur NOUSSOUKPOE soutient entre autre : « En 2020, nous allons accompagner et battre campagne pour le Candidat choisi par Dieu ».

Lisez plutôt l’interview.

 

Referencetv : Monsieur le Président, comment se porte votre parti politique ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Notre parti politique le Bloc d’Action pour le Changement BAC se porte bien.

 

Referencetv : Quel bilan faites vous des élections passées notamment les législatives et les Municipales ?

Thomas NOUSSOUKPOE : C’est un bilan mitigé. Nous n’avons pas participé aux élections législatives compte tenu de certaines choses mais pour les élections locales nous avons obtenu un (01) siège dans la Commune 2 de Bas-Mono.

 

Referencetv : Est ce qu’on peut dire que la démocratie Togolaise avance ou au contraire, elle recule ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Nous ne sommes pas en démocratie au Togo. Donc dire qu’elle avance ou qu’elle recule serait une erreur d’appréciation de notre part.

 

Referencetv : Que pensez-vous de la présidentielle de 2020 ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Pour la présidentielle de 2020, nous pensons que c’est une année électorale spéciale pour les togolaises et togolais. D’où la nécessité pour les acteurs politiques togolais de savoir raison garder en demandant au peuple de faire un bon choix, le choix de Dieu. Celui de choisir le candidat qui s’y connait en matière d’administration de l’État et la diplomatie internationale.

 

Referencetv : Serez-vous candidat à la présidentielle de 2020 ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Notre candidature pour 2020 serait d’accompagner et de battre campagne pour l’homme de Dieu c’est à dire le choix de Dieu.

 

Referencetv : Les deux tours de la présidentielle au Togo: une chance ou un risque ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Pour le moment c’est un risque les deux tours de la présidentielle au Togo.

 

Referencetv : Quelles sont vos relations aujourd’hui avec les autres leaders de l’opposition et les acteurs politique de la mouvance présidentielle ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Nous avons de très bonnes relations avec les Leaders de l’opposition. Bref tous les acteurs politiques en place y compris ceux de la mouvance présidentielle.

 

Referencetv : Y’ aura t il alternance en 2020 selon vous ?

Thomas NOUSSOUKPOE : L’alternance est à nos portes en 2020 si et seulement si les acteurs politiques apprennent à persévérer et à garder patience.

 

Referencetv : Que pensez-vous de la question de candidature unique de l’opposition en 2020 ?

Thomas NOUSSOUKPOE : La candidature unique de l’opposition en 2020 est une obligation et non une exigence compte tenu de certains agrégats venant de la souveraineté nationale et populaire.

 

Referencetv : Votre message à la diaspora Togolaise ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Notre message à la diaspora togolaise c’est de descendre au pays le moment venu pour se faire inscrire et voter le choix de Dieu pour le Togo.

 

Referencetv : Votre message à vos concitoyens qui sont au pays, surtout à la jeunesse ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Notre message à nos concitoyens en général et à la jeunesse en particulier c’est de garder espoir pour et faire en sorte que le choix de Dieu pour le Togo passe gagnant au premier tour des élections présidentielles de 2020.

 

Referencetv : Mot de fin de cet entretien ?

Thomas NOUSSOUKPOE : Notre mot de fin pour cet entretien c’est qu’un nouveau jour arrive à grand pas pour les togolaises et togolais et donc de prier sans cesse pour tous les acteurs politiques y compris ceux du régime sortant.

 

Referencetv : Merci Monsieur le Président.

Thomas NOUSSOUKPOE : Nous vous remercions

Propos recueillis par Emmanuel Vivien TOMI et la Rédaction

de Plume Libre et Référence TV

www.referencetv.tg

Togo/Politique : Interview exclusive du Président des Forces de l’avenir Germain Sossou : « L’Opposition doit transformer le Peuple debout en une machine électorale infernale en vue de l’alternance»

        Le Conseiller municipal et Président National de l’organisation politique ‘’Les Forces de l’Avenir’’, Germain SOSSOU a accordé une interview à la Rédaction de Plume Libre et Referencetv.tg.

Monsieur SOSSOU Germain déclare entre autres : « L’appel à s’abstenir par rapport au recensement fut une erreur  politique sans précédent : les conséquences seront pour une longue durée ».

Monsieur SOSSOU Germain déclare entre autres : « L’appel à s’abstenir par rapport au recensement fut une erreur  politique sans précédent : les conséquences seront pour une longue durée ».

      Nous vous proposons de lire l’intégralité de cet entretien qui aborde plusieurs sujets d’actualité politique notamment la présidentielle de 2020.

 

 

 

Referencetv : Monsieur le Président, comment se porte votre organisation politique ?

Germain SOSSOU: Tout d’abord permettez nous de vous remercier pour l’opportunité que vous nous offrez ce jour de nous adresser à nos concitoyens à travers vos colonnes et micros,

Après plus d’une trentaine d’années de parcours démocratique et après une certaine expérience acquise pour la plupart d’entre nous dans des formations politiques, nous avons décidé de saisir l’occasion des élections locales pour lancer une initiative politique : Les Forces de l’Avenir

A la question de savoir comment se portent les Forces de l’Avenir, nous ne pouvons pas vous servir l’euphorie mensongère des expériences antérieures de la gestion des organisations politiques.

Les Forces de l’avenir sont embryonnaires. Il y a des difficultés, nous en sommes conscients avant de nous jeter à l’eau. Mais nous avons fait le vœu de tenir la brèche.

 

Referencetv : Quel bilan faites vous des élections passées notamment les législatives et les Municipales ?

Germain SOSSOU : Le bilan que font les Forces de l’Avenir par rapport aux dernières élections est un bilan de satisfaction mêlée d’amertume.

Les Forces de l’Avenir ont salué la décision de l’organisation des élections locales car c’est un pan essentiel du processus démocratique qui a été laissé depuis lors. Ce qui a vicié le parcours des hommes politiques dans notre pays.

En effet, les Forces de l’Avenir estiment qu’un politique sans base politique n’en est pas un. Dans une moindre mesure il est un accidentel politique. Elles auraient souhaité que cette opportunité se soit faite sans politisation à la base et elles auraient aimé également voir une participation massive des jeunes à ces élections à la base. Ceci aurait déclenché le renouvellement indispensable dans notre pays.

En ce qui concerne les législatives, ce fut une grande déception. Les Forces de l’Avenir auraient souhaité voir les forces engagées dans la coalition jouer la carte électoraliste en transformant le peuple debout en une machine électorale infernale.

La configuration actuelle n’aurait pas été celle-ci. Ceci aurait eu une incidence politiquement positive sur les locales et la présidentielle de 2020. L’appel à s’abstenir par rapport au recensement fut une erreur  politique sans précédent : les conséquences seront pour une longue durée.

 

Referencetv : Est ce qu’on peut dire que la démocratie Togolaise avance ou au contraire, elle recule ?

Germain SOSSOU : Nous sommes en route au Togo comme le dirait le philosophe. Nous avons la démocratie la plus éprouvée de l’Afrique occidentale sans nul doute à cause du mauvais départ. Il faut reconnaître que notre régime qui sortait du parti unique, n’a pas accepté cette nouvelle expérience de gaité de cœur. La nouvelle expérience est tombée drue après la chute du mur de Berlin. La conséquence fut un processus démocratique de façade. Le régime en a fait avec. Les tenants de l’ordre nouveau quant à eux, ont raté bien des occasions. Que de rendez vous manqués. Ce fut rude et sanglant mais la flamme est toujours allumée.

Il ne reste qu’à la nouvelle génération de prendre la main et à l’ancienne de passer la main.

 

Referencetv :  Que pensez-vous de la présidentielle de 2020 ?

Germain SOSSOU : Les prémices devant permettre un heureux aboutissent n’ont malheureusement pas eu un meilleur sort que les précédents. Dans le cas du Togo, après bien de combats pour l’alternance, combats souvent violents et finalement soldés à la faveur du conservatisme, l’expérience du passé à l’avènement du 19 août 2017 devait amener les leaders à opter pour les questions électorales. Dès le début, le doute s’était installé au sein du pouvoir. Tout le monde était fatigué de ce pouvoir. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, pour un régime habitué aux hold up électoraux, les élections issues de la contestation du 19 août 2017 auraient pu faire partir le régime. Il aurait fallu jouer dans la cour du régime. Il fallait jouer sur le  propre terrain du pouvoir.

Ceci dit rien n’est joué. Les Forces de l’Avenir estiment qu’à ce stade, quatre conditions peuvent en six mois changer les donnes :

– Trouver un candidat charismatique et qui sera accepté par la majorité des togolais de l’intérieur, de l’extérieur capable de faire bouger les lignes au sein du pouvoir et au sein de l’armée.

– Remobiliser les troupes de l’intérieur et de l’extérieur

– Mobiliser les Finances en un temps record.

– Rassurer la communauté internationale.

 

Referencetv :  Serez-vous candidat à la présidentielle de 2020 ?

Germain SOSSOU : Les Forces de l’Avenir auront un candidat en 2035 leurs objectifs à court et moyen terme, ce sont les communales et les législatives. Elles ont un concept politique à faire aboutir : La marche républicaine de la base au sommet et ceci de façon graduelle.

 

Referencetv :  Les deux tours de la présidentielle au Togo: une chance ou un risque ?

Germain SOSSOU : Sur le principe c’est la remise en l’état premier des dispositions de la constitution de 1992 modifiée unilatéralement en 2002 par une assemblée nationale totalement acquise au régime ayant toujours la main courante. C’est juste un retour à la case. La disposition des deux tours n’empêche pas la victoire au premier tour. C’est le piège trompeur. Il faut s’en méfier.

 

Referencetv : Quelles sont vos relations aujourd’hui avec les autres leaders de l’opposition et les acteurs politique de la mouvance présidentielle ?

Germain SOSSOU : Les leaders actuels de l’opposition à quelques exceptions près, sont des aînés pour qui nous avons du respect. Ils méritent la reconnaissance de la génération montante. Leur croix fut très lourde et difficile à porter. Ce sont des monuments de la lutte pour la démocratie.

Si les Forces de l’Avenir devaient entretenir des relations, ce seront celles du maître et de l’élève. Il en est de même pour les responsables du pouvoir. Aucune relation particulière que celle de l’autorité en charge de notre destin et dont nous nous préparons à prendre le relais dans quelques années.

Les aînés dans leur ensemble ont fait de leur mieux pour sauvegarder la paix, il faut travailler à leur permettre un repos mérité.

 

Referencetv : Y’ aura t il alternance en 2020 selon vous ?

Germain SOSSOU : Les trois prochains mois seront décisifs. C’est au 31 décembre 2019 que nous serons en mesure de vous donner un pronostic avec certitude.

 

Referencetv : Que pensez-vous de la question de candidature unique de l’opposition en 2020 ?

Germain SOSSOU : Cette question est tributaire du canevas que les Forces de l’Avenir ont tracé plus haut.

 

Referencetv : Votre message à la diaspora Togolaise ?

Germain SOSSOU : Les Forces de l’Avenir sont conscientes des efforts consentis par nos compatriotes de l’extérieur depuis des années. Nous pensons qu’ils méritent une meilleure implication dans la gestion des affaires politiques de notre pays. Si l’opportunité se présentait, Les Forces de l’avenir souhaiteraient travailler avec tous et sans exception pour l’avenir du Togo. Elles souhaitent humblement que les compatriotes de l’extérieur puissent garder la foi et qu’ils redoublent d’ardeur.

 

Referencetv :  Votre message à vos concitoyens qui sont au pays, surtout à la jeunesse ?

Germain SOSSOU : La jeunesse togolaise représente plus de la moitié de la population. Elle a été toujours à l’avant garde de tous les changements. Mais elle est celle qui finalement est laissée pour compte  après les tempêtes.

Le seul moyen aujourd’hui pour les jeunes de s’affirmer, c’est d’être acteurs et metteurs en scène de leur propre destin : prendre les parcelles de pouvoir à la base, c’est se donner les moyens de la formation pratique et de l’apprentissage de la chose politique, c’est prendre la ferme décision de prendre le pouvoir d’Etat en 2035 au Togo après avoir contrôlé les communes et l’Assemblée nationale. D’ici là et très massivement préparons nous à prendre les communes et la prochaine assemblée nationale en 2025. Pour se faire tout en continuant la bataille pour 2020, les Forces de l’Avenir voudraient jetter les filets politiques de 2025 au travers des semences qu’il faut préparer à enfouir dans les sillons de l’après 2020.

 

Referencetv : Mot de fin de cet entretien ?

Germain SOSSOU : Les Forces de l’avenir vous remercient pour cet entretien. Elles espèrent que le découragement fera place au réarmement des mentalités, à leur transformation et surtout à la décision  de se mettre au travail car l’avenir c’est vous, c’est nous, ce sont surtout nos poursuivants et c’est ici et maintenant.

 

Referencetv : Merci Monsieur le Président

C’est nous.

Propos recueillis par Emmanuel Vivien TOMI et la Rédaction

de Plume Libre et Référence TV

www.referencetv.tg

Cameroun-Fécafoot: Samuel Eto’o répond à Roger Milla

Après avoir récemment animé une conférence de presse au cours de laquelle Roger Milla demandait à Samuel Eto’o de rejoindre sa famille qui est celle des anciens footballeurs camerounais et de soutenir la candidature de Joseph Antoine Bell à la présidentielle de la Fécafoot, le légendaire footballeur camerounais a insisté sur le fait qu’au cas où Samuel Eto’o s’entête à soutenir la candidature de Seydou Mbombo Njoya, cela serait considéré comme une trahison et dès lors, il lui demande de ne plus l’appeler papa.

Lire la suite