Notre Plumet (Editorial) Aux urnes, citoyens et surtout sans violences !

Les togolais en âge de voter devront se rendre aux urnes le 22 février 2020 pour l’élection du Président de la  République.

Au total sept (07) candidats sont retenus par la Cour Constitutionnelle sur la dizaine de dossiers enregistrées  par la CENI : Commission Electorale Nationale Indépendante et sur la vingtaine  de candidatures déclarés.

Six candidats de  l’opposition sont donc en compétition pour la conquête du fauteuil présidentiel face au Président sortant et Président National d’UNIR (Union pour la République) Faure Essozimna GNASSINGBE.

La campagne électorale est en cours depuis le 06 février 2020 et le premier tour est prévu pour le 22 février prochain.

Contrairement aux années de l’amorce du processus démocratique, le Togo organise depuis 2007 des élections quasiment sans violence et cela est à saluer. Il  y a encore  des efforts à faire et chaque acteur  doit jouer son rôle  sans failles.

Le Gouvernement ,la Cour Constitutionnelle ,  la  CENI , les  candidats ,les partis  politiques , la société civile , les forces de l’ordre  et de sécurité , les médias , les observateurs , les confessions religieuses, les citoyens, tout le monde doit faire sa part, dans l’impartialité .

Les élections doivent être  transparentes, démocratiques, crédibles, aux résultats  acceptables et acceptés par tous. Le Togo ne doit plus s’afficher comme le pays où  les élections sont toujours sources de tensions, de conflits, de contestations.

Chaque acteur devra tout mettre en œuvre pour que lors de ce processus électoral la paix règne. Le pays n’a pas besoin de violences. Et surtout il ne doit plus avoir des pertes en vies humaines à causes des élections.

Tout le monde doit faire sa part .personne n’a le droit de jeter de l’essence sur le feu et il faut  obligatoirement  prévenir les conflits.

La jeunesse doit éviter de se laisser  manipuler par des personnes ayant les projets obscurs.

Dans un monde devenu dangereux ou les Forces du mal notamment les extrémistes guettent les situations de conflit, les togolais doivent faire très attention pour ne pas prêter le flanc.

Tous les sept candidats doivent s’engager à prôner  la paix, la tolérance l’acceptation de l’autre avec sa différence, l’amour du prochain et de la patrie.

IL est urgent de tout mettre en œuvre pour barrer la route à la violence, pour toujours, dans le pays.

Le Togo célèbre cette année, les 60 ans de son accession à l’indépendance  et le plus beau cadeau que les acteurs  politiques, les jeunes et tous les citoyens puissent faire à ce pays, c’est un scrutin présidentiel transparent, crédible, aux résultats  acceptables.

Tous les candidats doivent prendre un engagement de reconnaitre, de féliciter  celui qui va remporter le scrutin, pourquoi pas  de travailler  avec lui pour  l’essor du Togo.

Alors, comme on le dit dans le langage :‘’Aux urnes, citoyens et surtout sans violence ! ‘’

Emmanuel Vivien TOMI

Directeur de Publication

Reference  Plume Libre

Election de 2020 Le Candidat Agbeyome KODJO fait ‘’une campagne de ring’’

 

Le Candidat du MPDD, Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement et des ‘’Forces Démocratiques’’ Dr Gabriel Messan Agbéyomé KODJO continue par sillonner les localités du pays pour convaincre ses concitoyens sur le bien-fondé de son projet de Société.

Dans une ambiance bon enfant, le ‘’Candidat unique de l’opposition’’  comme il continue par se présenter, Agbéyomé KODJO n’évite pas de répondre au tic-tac sur les sujets sur lesquels il est interpellé.

Dr Gabriel Messan Agbéyomé KODJO, ancien Membre, ancien Premier Ministre, ancien Président de l’Assemblée Nationale, politicien de ‘’la première pluie’’ n’hésite pas à esquisser quelques pas de danse avant son adresse et surtout les réponses aux critiques.

Les podiums du Candidat Agbéyomé KODJO ressemblent des fois à des extrades entourées de trois rang de cordes sur laquelle se disputent les combats de boxe ou de Catch ou ring.

Il répond aussi aux autres candidats qu’aux autres acteurs politiques. Et son chapeau donne des fois une allure d’une campagne à la manière d’une Cow boy, donna un observateur. On sent une détermination, un engagement, une sorte de propulsion, une envie forte de s’adresser à ces citoyens, un plaisir de parler des sujets relatifs à la vie de la cité, dans les campagnes de M. Agbéyomé KODJO qui a ‘’l’homme de de Dieu’’ à côté.

Nous y reviendrons.

 

Emmanuel Vivien TOMI

Referencetv.tg / Plume Libre

Présidentielle de 2020 au Togo : Faure GNASSINGBE qui a le soutien de plusieurs partis et leaders ratisse large

 

L’actuel Président de la République et Président National du parti UNIR, Union pour la République Faure Essozimna GNASSINGBE est sur le terrain depuis le 06 février 2020 pour battre campagne.

Le Président Faure GNASSINGBE qui boucle un quatrième mandat peut compter sur certains partis et mouvements politiques, certains leaders et même des communautés. En dépit des nombreux soutiens annoncés par ses sympathisants et des organisations politiques, l’actuel Président du Togo ne baisse pas les bras. Il est sur le terrain et sillonne entre deux à quatre localité quasiment par jour.

Le Président Faure GNASSINGBE et son parti UNIR peuvent compter sur des associations ou formations politiques dont certaines ont officiellement annoncées qu’elles seront sur le terrain pour appeler le Président sortant.

On peut citer entre autres, le parti BATIR (le Bloc Alternatif Togolais pour une Innovation Républicaine) de Mme Vincenzia MEYER ; le MRC (Mouvement Républicain Centriste) du Député Abass KABOUA ; le parti CLE (Cercle des Leaders Emergents) de AGNINA Yacoubou, le Mouvement Touche pas à Mon Président (TPMP) du Député Beausoleil OBEKOU, le mouvement républicain ‘’Le Togo en Marche’’ de M. TCHABLI Gaëtan, la Nouvelle Jeunesse pour le Soutien au Président Faure, NJSPF du Député Noël De Poukn ; le Mouvement Faure Est Grand , MFEG de Jules Ferry AGBO, le Mouvement les Templiers de Jean Luc HOMAWO et autres encore.

Il faut ajouter aussi le soutien de 18 députés indépendants au Président Faure GNASSINGBE pour cette élection du 22 février 2020.

Des Députés indépendants apportent donc leur soutien au candidat d’UNIR.

Ils sont donc 18 députés issus de neuf (9) associations à savoir :

  • Avé en Marche (Avé)
  • Aloledu – Vo
  • Indépendants pour construire Dankpen
  • Conscience patriotique Wawa
  • Indépendants pour la République
  • HYSOP – Lacs
  • Duamenyo – Yoto
  • CRAD, Zio
  • Nouvelle Vision Danyi

Les 18 parlementaires sont donc entrain de battre campagne pour la victoire du Président Faure GNASSINGBE.

 

Emmanuel Vivien TOMI

Referencetv.tg / Plume Libre

 

Togo /Politique/Présidentielle de 2020 A la découverte du candidat du PSR : Pr WOLOU Komi

 

Le Pacte Socialiste pour le Renouveau, PSR participe à la présidentielle de 2020 grâce à la candidature de son Secrétaire National : Professeur WOLOU Komi.

L’homme qui était pratiquement de tous les combats pour l’enracinement de la démocratie est un ancien membre de plusieurs coalitions de l’opposition.

  1. WOLOU Komi, 56 ans est un Professeur Agrégé et l’un des leaders africains qui prônent une nouvelle vision. Le Secrétaire National du PSR qui veut faire des reformes notamment dans l’éducation dispose d’un projet de société plein d’innovations intitulé ‘’Construire sur les Valeurs ; Rebâtir l’Espoir’’.

Pr Wolou Komi promet une alternance politique pacifique et reste convaincu que le Peuple Togolais  peut décider pour son avenir grâce à un vote utile.

Le Professeur WOLOU Komi était porte-parole du PSR sous son ami et camarade de lutte Me ABI Tchessa avant de devenir Secrétaire National du parti et candidat désigné pour porter le flambeau du parti à la Présidentielle.

Titulaire d’un doctorat en droit à l’Université de Lille II en France en 1996, le Professeur a fait ses premiers pas en qualité d’enseignant-chercheur à la faculté de droit de l’Université de Lomé en novembre 1996.

En 2007 le Professeur WOLOU  a décroché son agrégation en droit privé et sciences criminelles. Il était d’ailleurs major de sa promotion.

Le Professeur WOLOU a occupé plusieurs postes de responsabilité notamment à la faculté de droit de l’Université de Lomé.

D’abord chef de département de droit privé Komi WOLOU à occupé ensuite le poste de responsable de l’Ecole Doctorale, Directeur du Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat, CAPA de la faculté de droit.

C’est donc en sa qualité de Directeur du CAPA  qu‘il  s’est investi pour la réouverture de l’Ecole de Formation des Avocats.

Le projet de société du candidat du PSR, Pr Wolou Komi est édifiant : « Construire sur les valeurs : Rebâtir l’Espoir ».

 

Pr WOLOU Komi propose la refondation de la nation Togolaise, la transformation des mentalités, la gouvernance par l’équité (notamment l’équité ethnique et entre les religions), la solidarité nationale, l’émergence d’un Etat moderne, le respect des droits de l’homme, l’accès de tous à la justice et l’indépendance de celle-ci, l’épanouissement Intégral de l’homme et autres encore.

Le candidat Pr Wolou Komi et son parti PSR étaient membres actifs de plusieurs coalitions de partis d’opposition notamment le CST ou encore la C14.

Pr Wolou, son parti et son équipe de campagne sont sur le terrain pour expliquer aux concitoyens le projet de société du PSR.

Emmanuel Vivien TOMI

Referencetv.tg / Plume Libre

Togo / Politique / Elections Les raisons qui fondent le vote par anticipation des Forces de Défense et de Sécurité

 

La loi portant code électoral prévoit en son article 117 que les membres des Forces de Défense et de écurité (FDS) peuvent en cas de besoin exercer leur droit de vote par anticipation.

Cette mesure est prévue par le code électoral pour permettre aux Forces de Défense et de Sécurité de garantir la sécurité des Electeurs et des opérations électorales le jour du scrutin. Elle est d’autant plus pertinente au vu de l’environnement sécuritaire qui prévaut dans la sous-région en application du code électoral.

Le décret du 05 décembre 2019, a fixé la date du vote des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) à 72 heures avant la date du scrutin général.

Il faut rappeler que suivant le Code Electoral, en l’occurrence l’article 117 : ‘’… A la fermeture de l’urne, en cas de vote par anticipation, un cinquième scellé numéroté est ajouté aux quatre premiers.’’

Le décompte des voix du vote des Forces de Défense et de Sécurité se fait le même jour que celui du vote général. Mieux encore les bulletins de vote des FDS seront renversés dans les urnes du vote général avant le décompte des voix.

Ceci protège le vote des Forces de Défense et de Sécurité et garantit la transparence.

Plusieurs raisons expliquent donc le vote par anticipation des Forces de Défense et de Sécurité du Togo.

La sécurité de tout le territoire togolais se repose sur les FDS et il faut justement leur donner la possibilité d’être libre pour assumer leur mission le jour du vote.

Emmanuel Vivien TOMI

Referencetv.tg / Plume Libre

Togo / Présidentielle de 2020 : Campagne au rabais Pourquoi ce retard dans le décaissement de l’appui financier de l’Etat aux 7 candidats dont certains sont aux anges et d’autres tirent le diable par la queue ?

 

Dans le cadre de l’élection présidentielle du 22 février prochain, la campagne de séduction des citoyens a commencé depuis le 06 février 2020. Mais sur le terrain, le constat est amer. On assiste à une campagne quasiment au rabais. Les affiches n’abondent pas dans les villes et villages pour ne pas dire qu’elles sont rares. On ne sent pas l’ambiance festive  habituelle de campagne dans les villes et milieux ruraux.

Certains candidats de l’opposition font de leur mieux avec peu de moyens et cela ressemble à une goutte d’eau dans la mer.

Les candidats de l’opposition ont dû revoir leurs programmes d’activités, leurs commandes et tee-shirts et autres gadgets, les affiches et autres outils de campagne électorale.

Les contrats des candidats avec les médias privés sont à compte-goutte pour ne pas dire très rares.

Mais alors pourquoi ce retard dans le décaissement du fond de la contribution  de l’Etat au financement de la campagne électorale des 7 candidats ?

Et comme le dit si bien le proverbe : ‘’les cinq doigts de la main ne sont pas égaux’’. Il y’a donc des candidats qui ont des moyens et il y en a qui tirent le diable par la queue.

Il faut reconnaitre que les candidats de l’opposition, pris individuellement ne sont pas pauvres. Mais une campagne électorale, surtout pour la présidentielle, demande beaucoup de moyens.

Déjà en se référant aux textes en vigueur notamment le code électoral on sait qu’une vraie campagne électorale sur toute l’étendue du territoire togolais devrait utiliser entre 400 et 500 millions de francs CFA.

D’autant  plus que, le code électoral dispose en son article 120 : ‘’Les dépenses engagées  par les partis, les regroupements de partis politiques et les candidats indépendants durant la campagne électorale sont à leur charge.

Il est interdit à tout candidat à l’élection présidentielle d’engager plus de cinq cent millions (500.000.000) de francs CFA de dépenses pour la campagne électorale. Il est interdit à tout candidat à l’élection sénatoriale d’engager plus de dix millions (10.000.000) de francs CFA de dépenses pour la campagne électorale.

Il est interdit à toute liste de candidats à une élection législative d’engager, pour la campagne électorale, plus de dix millions (10.000.000) de francs CFA de dépenses par candidat.

Il est interdit à toute liste de candidats à une élection locale d’engager, pour la campagne électorale, plus de cinq millions (5.000.000) de francs CFA de dépenses par candidat’’.

 

On se souvient qu’un candidat de l’opposition à la présidentielle de 1993 en l’occurrence M. Edem Kodjo avait utilisé un hélicoptère pour faire sa campagne électorale avant de se retirer au dernier moment.

Les candidats ayant déjà utilisé un hélicoptère pour la campagne électorale au Togo sont :

  • L’ancien Président Feu GNASSINGBE Eyadema
  • L’ancien Secrétaire Général de l’OUA et opposant Edem KODJO
  • Et l’actuel Président et candidat Faure GNASSINGBE.

 

Le Togo dispose de 117 communes et 39 préfectures. La campagne électorale dure deux semaines. Et pour pouvoir sillonner les 117 communes ou toucher les chefs-lieux au moins des 39 préfectures, le candidat doit avoir des moyens et l’utilisation de l’hélicoptère n’est pas en fait un luxe.

A l’heure où nous écrivons cet article, le lundi 10 février 2020 aux alentours de 16H , les candidats, sauf erreur, n’avaient pas encore reçu l’appui réglementaire de l’Etat au financement  de la campagne électorale pour la présidentielle de 2020, suivant l’esprit du décret de décembre 2019.

La loi N° 2013-013 du 07 juin 2013 portant financement public des partis politiques et des campagnes électorale disposent à son article 1er que : « L’Etat alloue une aide pour le financement des activités des partis et regroupements de partis politiques… ».

L’article 10 de cette même loi prévoit que : « L’état contribue au financement des campagnes électorales des partis et regroupements de partis politiques ainsi que des candidats ou listes de candidats dans le cadre des élections législatives et présidentielles ».

Le montant de cette contribution est inscrit dans la loi de finance de l’année de l’élection visée ou fixée par décret en Conseil des Ministres.

Le Gouvernement Togolais avait donc fixé en décembre 2019, le montant de la contribution de l’Etat au financement de la campagne électorale pour l’élection présidentielle de 2020 à 500 millions de francs CFA. Cette contribution de l’Etat est repartie comme suit : 60% du montant sont repartis à égalité entre tous les candidats retenus par la Cour Constitutionnelle. 40% du montant de la contribution financée par l’Etat sont repartis proportionnellement au suffrage obtenus entre les candidats ayant obtenu au moins 10% des suffrages exprimés.

Etant donné qu’il y a 7 candidats en lice, chacun devra avoir sur les 60% une somme de 42 857 000 F CFA en attendant de pouvoir réunir au moins 10 % des suffrages exprimés pour espérer avoir encore un réliquat.

Le montant de l’aide proposée tient compte de l’organisation de la campagne électorale pour les deux tours par les candidats à l’élection présidentielle, ce montant est fonction du nombre de candidats qui seront retenus par la Cour Constitutionnelle.

 

Emmanuel Vivien TOMI

Referencetv.tg / Plume Libre

Togo/Politique/Presidentielle 2020 A la découverte du candidat de MPDD  Dr Gabriel Messan Agbeyome KODJO

Le Président  du Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement  et ‘’candidat unique de l’opposition’’ suite au processus piloté par Monseigneur Philippe Fanoko KPODZRO,  Dr Gabriel Messan Agbeyome KODJO a eu officiellement le soutien de certains candidats déclarés comme  Soter Caius DOVI de la Coalition les Rassembleurs,  Pierre Gamessou KPODAR du mouvement GAMESSU et aussi le ralliement de la Secrétaire  Générale de la CDPA Mme Brigitte Kafui ADJAMAGBO JOHNSON, du Président du parti le Nid  Gabriel Sassouvi DOSSEH ANYRON, du parti le Togo Autrement  de Fulbert ATTISSO.

Député à l’Assemblée Nationale, ancien Directeur Général du Port Autonome de Lomé, ancien Ministre de l’Intérieur, ancien Premier Ministre et ancien Président du Parlement, Dr Gabriel Messan Agbeyome KODJO prône une nouvelle gouvernance.

Le président du parti MPDD propose, s’il est élu un ‘’gouvernement arc-en-ciel’’ qui sera composé aussi bien des membres de l’opposition que ceux du parti au pouvoir.

Agé de 66 ans actuellement, l’homme de Tokpli dans le Yoto veut ratisser large et remporter la victoire pour une alternance politique pacifique.

Emmanuel Vivien TOMI

Referencetv.tg/Plume Libre

Togo /Politique/ Présidentielle 2020 A la découverte du candidat de l’ANC Jean Pierre FABRE

Le Président National de l’Alliance Nationale  pour le Changement ANC, Jean Pierre FABRE, 68 ans est candidat à la présidentielle de 2020.

Ancien député à l’Assemblée Nationale, ancien chef de file de l’opposition et actuel Maire de la commune de Golfe 5, Jean Pierre FABRE se présente à la présidentielle pour la troisième fois consécutive: 2010, 2015 et donc 2020.

L’homme qui ‘’n’aime pas qu’on lui impose  les démarches politiques à suivre’’ reste égal à lui-même.

Très déterminé, combattant pour le changement, ancien Secrétaire Général de l’UFC  (l’Union des Forces de Changement), le parti de l’actuel Chef de File de l’Opposition  Dr Gilchrist Sylvanus OLYMPIO, le Président de l’ANC avait introduit un recours en invalidation de la candidature du Président sortant Faure GNASSINGBE et avait récusé deux membres de la Cour Constitutionnelle. Ces deux recours ont été rejetés par la Cour.

Jean Pierre FABRE qui a souvent donné l’exemple des anciens opposants devenus présidents ne se décourage jamais.

Jean Pierre Fabre avait eu un bon score aux scrutins présidentiels passés et a toujours réclamé sa victoire.

Emmanuel Vivien TOMI

Referencetv.tg et Plume Libre

Togo /Politique/ Présidentielle 2020 : A  la découverte du candidat d’UNIR Faure GNASSINGBE

 

Le Président sortant, Président National du parti UNIR ‘’Union Pour la République’’  Faure Essozimna GNASSINGBE, 54 ans à le bilan de ses trois mandants à défendre. Il est candidat suite aux réformes constitutionnelles. La loi n’étant pas rétroactive mais disposant pour le futur et il doit affronter six candidats de l’opposition plurielle.

Le parti UNIR et son candidat Faure Essozimna GNASSINGBE peuvent compter sur la mobilisation de leurs militants et sympathisants très actifs sur le terrain.

Président du Togo depuis 2005, fils de l’ancien président feu GNASSINGBE Eyadema, l’actuel président national du parti UNIR Faure GNASSINGBE avait débuté sa carrière politique en tant que député au parlement sous l’étiquette de l’ancien parti RPT (Rassemblement du Peuple Togolais).

L’homme qui est contre la violence est l’auteur des paroles gravées dans la mémoire des togolais notamment ‘’plus jamais ça ‘’ à Atakpamé à propos des conflits, ou encore ‘’lui c’est lui, moi c’est moi’’.

Faure Essozimna GNASSINGBE sollicite donc le suffrage de ses concitoyens pour continuer les œuvres amorcées.

Le parti UNIR est l’une des formations politiques les mieux implantées et organisées dans le pays. Faure GNASSINGBE a donc un bilan à défendre et beaucoup de sondages ont prédit sa victoire. Mais l’homme et ses collaborateurs ne dorment pas sur les lauriers. UNIR est sur le terrain et travaille pour une probable victoire face à l’opposition.

Faure Essozimna GNASSINGBE est un  candidat qui continue par gagner les cœurs de ses citoyens.

 

Emmanuel Vivien TOMI

Referencetv.tg et Plume Libre

Togo/Présidentielle 2020 : Les 7 candidats à la conquête de l’électorat  à l’intérieur du pays

 

Le 22 janvier 2020, ce sera le premier tour de l’élection présidentielle au Togo. La campagne en vue de ce scrutin a démarré  depuis le 06 février 2020 et les sept candidats en compétition se sont lancés dans les séances de séduction du public.

Lentement, timidement mais surement, les leaders politiques, les candidats à la présidentielle et leurs différentes équipes amorcent la campagne avec détermination et assurance. Tout se passe bien sur le terrain et chacun utilise sa méthode pour charmer les concitoyens.

Voici les sept candidats :

Faure Essozimna GNASSINGBE : 54 ans, de l’Union pour la République, UNIR ( Né le 06 juin 1966 à Afagnan , Préfecture de Bas Mono)

 

Jean Pierre FABRE : 68 ans, de l’Alliance Nationale pour le Changement, ANC (Né le 02 juin 1952 à Lomé, Préfecture de Golfe )

 

Dr Gabriel Messan Agbéyomé KODJO : 66 ans du Mouvement Patriotique pour le Développement et la Démocratie MPDD + Forces Démocratiques (Né le 12 octobre 1954, Préfecture de Yoto)

 

Pr WOLOU Komi : 56 ans, du Pacte Socialiste pour le Renouveau, PSR (Préfecture de Tchamba ( Né en 1964 à Tomégbé, Préfecture de Wawa)  .

 

Pr Aimé Tchabouré GOGUE : 73 ans, de l’Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral, ADDI ( Né en 1947 , à Lomé , Préfecture de Golfe)

 

Me Tchassona Mouhamed TRAORE : 60 ans, du Mouvement Citoyen pour la Démocratie et le Développement, MCD (Né le 31 décembre 1960 à Sokodé, Préfecture de Tchaoudjo)

 

Dr William Georges Assiongbon  KUESSAN : 53 ans,  de Santé du Peuple (Né le 25 mars 1967 à Lomé, Préfecture de Golfe)

La campagne s’achève le 20 février et le premier tour du scrutin est donc prévu pour le 22 février 2020.

 

Emmanuel Vivien TOMI

Referencetv.tg et Plume Libre